13/11/2019

Votations du 9 février 2020 : Les mots d’ordre de l’UDC Genève

L’UDC-Genève a décidé de ses mots d’ordre pour les votations du 9 février 2020, suite à son assemblée générale extraordinaire qui s’est tenu le lundi 11 novembre 2019.

Votations fédérales

Objet n°1: Initiative populaire du 18 octobre 2016 «Davantage de logements abordables»

Acceptez-vous l'initiative populaire du 18 octobre 2016 «Davantage de logements abordables»?

C’est NON
Cette initiative est inutile et obsolète pour Genève ; il n’y a plus de pénurie de logements hormis dans deux ou trois cantons suisses. De plus, le taux de logements d’utilité publique est déjà supérieur au taux réclamé par l0initiative.-

Objet n°2: Discrimination et incitation à la haine en raison de l'orientation sexuelle

Acceptez-vous la modification du 14 décembre 2018 du code pénal et du code pénal militaire
(Discrimination et incitation à la haine en raison de l'orientation sexuelle)?

C’est NON
Les partisans de la modification de l’article 261 bis du Code pénal ont pour objectif d’interdire les opinions qui ne sont pas les leurs. Sous le couvert hypocrite de la tolérance, on cherche à bannir celles et ceux qui pensent autrement qu’eux.

Votations cantonales

 Objet n°1: Abolition de l'impôt sur les chiens

Acceptez-vous la loi modifiant la loi générale sur les contributions publiques (LCP) (Abolition de l'impôt sur les chiens) (D 3 05 – 12246), du 1er mars 2019?

C’est OUI
Cet impôt totalement obsolète a été créé à l’origine pour lutter contre la prolifération des chiens errants. Aujourd’hui encore le chien est le seul animal de compagnie à être taxé ; l’impôt sur les chiens pénalise notamment les personnes âgées au faible revenu et ne représente que 0,02% du budget de l’Etat.

Objet n°2: Limites de zones sur le territoire de la commune de Meyrin

Acceptez-vous la loi modifiant les limites de zones sur le territoire de la commune de Meyrin (création d'une zone de développement 3 située entre les chemins des Sapins, Riant-Bosquet et Terroux) (12136) du 10 avril 2019?

C’est NON

Objet n°3: Limites de zones sur les territoires des communes de Meyrin et Vernier

Acceptez-vous la loi modifiant les limites de zones sur les territoires des communes de Meyrin et Vernier (création de deux zones de développement 3 situées entre les chemins des Ailes, du Ruisseau et de l'Avanchet, et à l'intérieur du quartier des Avanchets) (12137) du 10 avril 2019?

C’est NON
Dans les cas de ces deux déclassements, l’UDC Genève considère que l’on doit absolument cesser de surdensifier le canton et arrêter de détruire les zones villas.

Communiqué de presse UDC du 13 novembre 2019.

Garder le cap

Garder le cap


12/11/2019

Ouf, les nationalités ne seront pas supprimées des communiqués de presse

C’est un vieux serpent de mer, presqu’aussi long que celui de la traversée du lac. Fallait-il, oui ou non, supprimer les nationalités des personnes qui ont commis un délit et dont l’affaire se retrouve dans un communiqué de presse rédigé par les services de police. Une motion verte (M2434) avait été déposée au Grand Conseil demandant la suppression de ces renseignements qui, selon les Verts, ne faisait qu’attiser la haine et n’apportait rien sur la commission du délit. «C’est faux ! » rétorque Marc Fuhrmann rapporteur de minorité. «C’est lorsque l’Etat commence à cacher des choses à sa population que cela commence à mal tourner. » Pour l’UDC Genève, la motion des Verts était superflue et constituait une obstruction à la liberté de la presse, garantie par notre Constitution.

L’UDC Genève se félicite que les Genevois puissent continuer de de connaître la nationalité de ce cambrioleur, celle de ce voleur de sacs ou encore celle de cet énergumène qui a proposé de la drogue à une jeune fille de 15 ans.

Que souhaitait-on cacher de toute façon ?  La triste réalité, c’est que 90% des prisonniers de Champ-Dollon sont des étrangers et aucune manipulation de l’information n’y changera rien.

Au vote du Grand Conseil, les députés se sont retrouvés partagés en deux blocs égaux. Et c’est le président du Parlement Jean-Marie Voumard (MCG)– un ancien gendarme - qui a tranché. Oui, on pourra toujours lire les nationalités des criminels dans les communiqués de presse. Et c’est une très bonne nouvelle pour l’UDC !

Pour plus d’informations :

Marc Fuhrmann, député UDC

Christo Ivanov, député UDC et chef de groupe

Sommes-nous tous citoyens du monde?

Sommes-nous tous citoyens du monde?


08/11/2019

Des prestations transitoires pour inciter les syndicats à approuver l’accord-cadre et combattre l’initiative de limitation

L’UDC Suisse est consternée de voir le Conseil fédéral accepter sciemment de graves inconvénients politiques, économiques et sociaux pour la Suisse simplement pour acheter l’adhésion des syndicats à l’accord-cadre et leur opposition à l’initiative de limitation qui sera bientôt soumise au peuple. Les prestations transitoires ne répondent à aucun besoin social réel et il est prouvé qu’elles nuisent aux personnes qu’elles sont censées aider, c’est-à-dire les femmes et les hommes qui ont travaillé durement pendant des décennies, qui ont assuré individuellement leur prévoyance et qui aujourd’hui se font licencier uniquement en raison de leur âge. Ce projet de rente du Conseil fédéral aura pour effet de pousser encore plus de salariés âgés dans les institutions sociales alors qu’elles peuvent et veulent travailler jusqu’à l’âge de la retraite.

Comme le Conseil fédéral le relève dans son message, ce projet de prestations transitoires pour les chômeurs âgés s’explique par les problèmes durables que pose la libre circulation des personnes. Le gouvernement propose que les salariés âgés ayant perdu leur emploi aient droit, s’ils répondent à certaines conditions, à des prestations transitoires jusqu’à l’âge de la retraite. Il renonce à une analyse fondée et détaillée des coûts de cette opération et se contente d’avancer le montant approximatif de 230 millions de francs. C’est donc la somme d’argent des contribuables que coûte la dissimulation d’un état de fait proprement inadmissible, à savoir la difficulté quasi insurmontable pour les travailleurs âgés de se réinsérer dans la vie professionnelle après avoir perdu leur emploi. Qui plus est, le message du Conseil fédéral est en totale opposition avec le projet d’augmenter parallèlement l’âge de la retraite des femmes à 65 ans. Si la proportion d’assistés sociaux chez les 60 à 64 ans a augmenté de 47% entre 2011 et 2017, c’est en premier lieu à cause de l’immigration incontrôlée que subit la Suisse. Or, ce train de mesures d’inspiration socialiste bénéficie principalement aux salariés étrangers qui profitent de généreuses préretraites et renoncent à assurer leur propre prévoyance vieillesse.

Au lieu d’attaquer le mal à la racine, le Conseil fédéral veut combattre des symptômes en ponctionnant les contribuables. Un projet du même genre avait été lancé en Allemagne et en Autriche, mais les deux pays ont eu l’intelligence d’y renoncer en constatant sa nocivité. Depuis, le taux des actifs a passé en Allemagne de 66,5 à 80% chez 55 à 60 ans et de 33 à 58% chez les 60 à 65 ans. Il est intolérable que la Suisse prenne aujourd’hui le chemin inverse.

L’UDC tient également à relever que le SECO a explicitement mis en garde lors de la consultation interne contre les incitations contreproductives provoquées par les prestations transitoires. Ce projet entrave précisément la réinsertion des chômeurs âgés et les décourage à suivre un perfectionnement professionnel. En réalité, cette lutte onéreuse et contreproductive contre les symptômes n’est pas autre chose qu’une campagne de votation menée à coup de centaines de millions de francs d’argent des contribuables. Les premières victimes en seront les travailleurs âgés qui doivent plus que jamais craindre de ne pas retrouver un emploi après leur licenciement.

Ces prestations transitoires récompensent les entreprises qui remplacent leurs employés âgés par des jeunes étrangers et qui sont donc coresponsables de l’immigration démesurée que subit notre petit pays. Ce projet aggrave le problème qu’il est censé résoudre en poussant les salariés âgés sur une voie de garage. L’UDC Suisse le combat donc avec détermination.

Newsletter UDC N° 291 du 30 octobre 2019

Ponctionner les contribuables, c'est non.

Ponctionner les contribuables, c'est non.


06/11/2019

Non, tout le monde ne peut pas rouler à vélo !

L’UDC prône le libre choix des moyens de transports et se félicite que le TCS ait réussi à obtenir plus de 7500 signatures pour son référendum cantonal contre la suppression de 4000 places de stationnement à Genève.

Quatre mille places de stationnement supprimées, c’était le 20% des places existantes. C’était aussi le résultat du vote du Grand Conseil, le 12 septembre dernier, de vouloir assouplir le principe légal de compensation des places de parc supprimées dans l’espace public. Mais le TCS a lancé son référendum contre la suppression arbitraire de ces places de parc, soutenu par l’UDC et le NODE (Nouvelle organisation patronale).

Aujourd’hui, l’UDC se félicite du résultat du TCS qui a réussi à obtenir plus de 7500 signatures pour son référendum.  «Notre parti a toujours fustigé cet acharnement contre les automobilistes et préfère accorder le libre choix de leur moyen de transport aux Genevois», indique Céline Amaudruz, vice-présidente de l’UDC Suisse, présidente de l’UDC Genève, conseillère nationale et candidate au Conseil des Etats du 10 novembre prochain.

L’UDC-Genève constate que les infrastructures actuelles ne correspondent plus aux besoins d’une population qui augmente un peu plus chaque jour sans compter que l’offre de transports publics est quasi nulle après 24h00 (ex: tram 18). De nombreuses personnes – notamment celles qui habitent en campagne ou qui doivent déposer leur enfant à la crèche, etc.  –  ne peuvent pas se passer de leur voiture . De nombreuses professions, dont beaucoup de PME œuvrant par exemple dans le transport de marchandises, de courriers rapides, certaines prestations de santé – sont déjà ralentis par les bouchons que connaît Genève du matin au soir et du soir au matin.  A l’évidence, il continue de manquer une multitude des places de parking dans notre canton, notamment du côté des Eaux-Vives et des Pâquis. Les autorités nous expliquent depuis des mois que le Léman Express va fluidifier le trafic. Mais peut-on obliger les gens à prendre le train en marche ? Veut-on faire de Genève une ville morte en supprimant les voitures ? Veut-on mettre encore davantage de pression sur les petits commerces, les restaurants et autres entreprises qui ont déjà de la peine à joindre les deux bouts. L’UDC continuera de défendre la liberté et le libre choix du moyen de transport des Genevois.

Céline Amaudruz, présidente de l’UDC Genève, vice-présidente de l’UDC Suisse, conseillère nationale et candidate au Conseil des Etats.

Christo Ivanov, député UDC au Grand Conseil et chef de groupe

Communiqué de presse UDC du 31 octobre 2019.

Le Grand Conseil perd les pédales

Le Grand Conseil perd les pédales


04/11/2019

En pacifiant le monde, Donald Trump attise la haine des journalistes

Un des pays les plus dangereux du monde prêt à lancer une guerre atomique à tout moment n’est quasiment plus mentionné dans les médias. La Corée du Nord a servi de spectre à des générations de journaliste et, du jour au lendemain, après une visite de Trump sur place, ne fait plus parler de lui. La Syrie idem. L’Etat islamique qui faisait trembler le monde entier a été battu militairement ce printemps. Son leader Abou Bakr al-Baghdadi vient d’être débusqué, après une fuite de plusieurs années. Il a été traqué par un chien et plutôt que d’être mordu, a préféré tuer deux de ses enfants en actionnant sa ceinture d’explosifs.

Les journalistes en manque d’informations craignent donc pour leur travail. Il n’est par conséquent que logique qu’ils s’acharnent contre celui qui le menace: le président américain Donald Trump. Et ils ne sont pas encore au bout de leurs peines. L’éditorialiste de la Tribune de Genève se plaint ainsi de la pléthore des candidats du parti démocrate. Et de conclure que «jusqu’ici, aucun des prétendants n’a réussi à sortir du lot. Une perspective inquiétante pour tous les Américains qui rêvent de voir Donald Trump battu le 3 novembre 2020.»

Donald Trump et Vladimir Poutine

Donald Trump et Vladimir Poutine


03/11/2019

Le GIFF et le film Proxima d’Alice Winocour

Le droit mène à tout. C’est l’argument phare pour convaincre le collégien à entamer des études en droit. Les mauvaises langues disent plutôt: «Le droit mène à tout, à condition d’en sortir.» La réalisatrice parisienne Alice Winocour, durant ses études en droit, a bien rêvé de «défendre la veuve et l’orphelin».

Le dicton l’a cependant rattrapé. Elle a été amenée à réaliser trois court-métrages, après avoir complété sa scolarité par l'étude du scénario à l'école nationale supérieure des métiers de l'image et du son (La Fémis). Son premier long-métrage Augustine a été présenté à Cannes en 2012.

Son dernier film Proxima a été choisi pour être présenté lors de la soirée d’ouverture du «Geneva International Film Festival» (GIFF). Il présente la préparation de l’astronaute française Sarah à quitter la terre pour un séjour d’une année dans la station spatiale internationale. Les relations avec sa fille durant cette période y tiennent une place importante.

Nous tenons à féliciter la direction du GIFF de son excellent choix. En présence d'Alice Winocour, le film a été longuement applaudi. Un beau succès.

Alice Winocour présente son film

Alice Winocour présente son film


02/11/2019

La fête de la journée des morts (Fiesta del Día de Muertos) fait encore des vagues

Tandis que l’église catholique célèbre aujourd’hui la messe de commémoration des fidèles défunts, la ville de Genève organise une fête de la journée des morts au cimetière des rois, ce qui n’a pas failli d’être critiqué par l’UDC.

La magistrate Esther Alder a expliqué, dans un courriel adressé au conseil municipal qui s’était adressé à elle que, depuis le début de son mandat, il lui tient à cœur d’offrir la possibilité aux habitants de la Ville de découvrir la richesse patrimoniale de nos cimetières, mais également de favoriser les moments de réflexion sur le thème de la mort, sujet si tabou dans notre société.

Elle a ajouté: «En effet, se questionner sur notre finitude, parler de nos expériences de deuils passés, de la manière dont nous satisfaisons nos besoins en matière de rituels sont des exemples de sujets que le Service des pompes funèbres, cimetières et crématoire propose au public, par l’organisation de journées de réflexion, d’expositions d’art et de visites guidées thématiques.»

En présentant le rite funéraire qui se pratique au Mexique dénommé « Fiesta del Dia de Muertos », elle souhaitait donner la possibilité aux Genevois de découvrir une manière différente d’appréhender la mort et la relation que les vivants entretiennent avec leurs défunts. Elle a précisé qu’il s’agissait d’une présentation de ce rite par l’Association des Mexicains et amis du Mexique de Genève, d’une tradition culturelle et religieuse et non d’un divertissement auquel participeraient les personnes présentes.

L’événement se passerait exclusivement à l’intérieur de la chapelle. A toutes fins utiles, elle a également insisté à dire que la chapelle du cimetière des Rois n’était pas consacrée et qu'aucun défunt ne reposerait ce soir dans les chambres funéraires.

Le public pourrait entrer selon la liste des inscriptions et les personnes déguisées ou grimées ne seraient pas acceptées. Le Service avait également pris des mesures pour surveiller le cimetière afin d’éviter que des personnes ne s’y dispersaient.

Ainsi, l’ensemble du dispositif mis en place pour cet événement permettrait de garantir dans le cimetière l’ordre, la décence et la tranquillité qui devraient y régner.

Il ne saurait être question de troubler la paix des morts ou le recueillement de leurs proches. Il ne serait nulle question d’« offenser ou de bafouer » nos traditions et nos croyances ou de porter atteinte à la liberté de culte.

Reste néanmoins la question de savoir s’il n’aurait pas été judicieux de choisir une autre date et un autre emplacement, tel le nouveau Musée d’Ethnographie? A chacun d’y répondre personnellement en son âme et conscience.

Découvrir une manière différente d’appréhender la mort

Découvrir une manière différente d’appréhender la mort

01/11/2019

L’UDC lance plus de cent candidats aux Municipales dans douze communes

L’Assemblée générale extraordinaire de l’UDC Genève qui s’est tenue hier soir à Thônex a désigné ses candidats pour les élections municipales du mois de mars prochain. Le parti lance ainsi dans la course plus de cent candidats dans les plus grandes communes du canton : Bellevue, Bernex, Carouge, Genève, Lancy, Meyrin, Onex, Grand-Saconnex, Thônex, Satigny, Vernier et Versoix.  Soit un total de douze communes, pour le moment, des discussions étant encore en cours et des listes susceptibles d’être modifiées.

L’UDC Genève brigue également des sièges dans les Exécutifs. La semaine dernière, ce sont Christo Ivanov et Pascal Altenbach qui ont été désignés pour le Conseil administratif de la Ville de Genève. Hier, l’Assemblée générale a validé les candidatures de Virna Conti, présidente des Jeunes UDC, à Bellevue, de Lionel Rossini à Bernex, de Damien Guinchard à Carouge, de Philippe Perrenoud à Lancy, de Marco Gaetanino et David Dournhow à Meyrin, de Zora Masé à Onex, d’Eliane Michaud Ansermet et Patrick Hulliger au Grand-Saconnex ainsi que de Manuel Gomes de Almeida et Michel Cabaj à Vernier.

La relève est assurée avec nos trois jeunes candidats que sont Virna Conti, David Dournov et Damien Guinchard. «Je me réjouis qu’à chaque législature nous puissions avoir davantage de candidats. Cela montre vraiment l’engagement citoyen qui fait la force de l’UDC», indique Céline Amaudruz, présidente de l’UDC Genève, vice-présidente de l’UDC Suisse, conseillère nationale et candidate au Conseil des Etats.

Pour l’UDC Genève, la campagne pour les Municipales débute dès le mois de décembre. Le programme du parti se concentre autour de la fiscalité et des finances publiques, de la sécurité, de la politique familiale, de l’économie de l’emploi, des aménagements routiers et du territoire. L’UDC continue de combattre toute hausse d’impôts et taxes supplémentaires pour les ménages ; elle veut armer les policiers municipaux. En matière d’économie, l’UDC soutient le commerce de proximité et entend réduire les trop nombreuses taxes qui pèsent sur les entreprises et faciliter les accès aux commerces.  L’UDC propose également d’accorder la priorité cantonale dans toutes les administrations communales et d’augmenter les places de stationnements pour les véhicules à deux mais aussi à quatre roues ! «Nous sommes le seul parti à défendre tous les modes de transports», rappelle Céline Amaudruz.

Communiqué de presse UDC du 31 octobre 2019.

Pour davantage d’informations :

Céline Amaudruz, présidente de l’UDC Genève, vice-présidente de l’UDC Suisse, conseillère nationale et candidate au Conseil des Etats.

Damien Guinchard, vice-président de l’UDC Genève, responsable comité 2020.

Christo Ivanov et Pascal Altenbach au Conseil administratif VdG!

Christo Ivanov et Pascal Altenbach au Conseil administratif VdG!


31/10/2019

La "Fiesta de Dia de Muertos" est totalement inappropriée pour une manifestation-spectacle destinée à célébrer la paix des morts

Les Conseillers municipaux ont reçu l’invitation du Conseil Administratif de la Ville de Genève à participer samedi prochain 2 novembre à la "FIESTA DE DIA DE MUERTOS » qu’il organise dans la chapelle du Cimetière de Plainpalais («Cimetière des Rois») avec l’Association des Mexicains de Genève et des Amis du Mexique, et avec la Mission permanente à l’ONU du Mexique, cela à l’occasion de la Toussaint et pour marquer la manière originale avec laquelle la fête des morts est traditionnellement célébrée dans ce pays ami.

Le groupe UDC-Ville de Genève tient à faire savoir à l’Exécutif de la Ville qu'il décline son aimable invitation pour le motif que le lieu choisi pour une telle manifestation-spectacle avec ateliers pour enfants, concert de musique (« Mariachi ») et spécialités (?) est totalement inappropriée pour une manifestation destinée à célébrer la paix des morts qui doit y régner selon les prescriptions du droit en vigueur, qu’il s’agisse du Code pénal suisse (articles 261 et 262), du règlement municipal sur les cimetières (art. 2 al. 1 et art. 6 al. 1 LC 21 357.1), de celui sur les infrastructures funéraires (art. 3 al. 1,  LC 21 351.2) ou encore du règlement cantonal sur les cimetières (art. 1 al. 2, K 1 65.01).

Cette réglementation lui paraît être d’autant plus contraignante quand il s’agit de commémorer la Fête de Tous les Saints et que dans cette grande fête annoncée, conviviale, interactive et bruyante, l'UDC y voit le contraire absolu et extrême de ce que la population attend dans cette période d’intense recueillement - qui n’a pas à déplorer un ou des décès récents dans sa famille ?

Au demeurant, il n’existe strictement aucun motif d’intérêt public ou cas de nécessité autorisant le Conseil Administratif à déroger à la situation du droit existant sur notre territoire national, cantonal et communal, notamment en application de l’article 19 LC 21 351.2 dont le caractère discrétionnaire n’est, au demeurant, nullement établi.

Cela dit, la section municipale de l'UDC-Ville de Genève n’en veux personnellement pas à nos amis mexicains d’avoir pris l’initiative de nous initier à leur manière d’entrevoir la mort et les cérémonies populaires dont elle est entourée chez eux. Notre opposition est dirigée uniquement à l’encontre de nos édiles qui ont fait un mauvais choix concernant l’emplacement proposé pour ce genre de manifestation.

Outre sa non-conformité au droit existant, cette décision malencontreuse et maladroite choque par son esprit inutile de provocation qui est une forme d’atteinte délibérée à l’esprit de nos morts qui doivent pouvoir reposer en paix.

Elle constitue également une marque profonde de mépris à l’égard de toutes celles et de tous ceux qui entendent pleurer en silence et dans la prière les êtres chers trop tôt disparus. En cela, cette décision est aussi attentatoire au respect que les autorités doivent avoir à l’égard des familles douloureusement atteintes.

Communiqué de presse UDC du 30 octobre 2019.

Pour info :
Jacques Pagan, conseiller municipal Ville de Genève
Pierre Scherb, conseiller municipal Ville de Genève, chef de groupe

Une autre façon d'aborder la mort

Une autre façon d'aborder la mort