27/06/2019

Chantiers: la gabegie continue

Genève est un modèle pour le nombre de contrôles effectués sur les chantiers et, pour cette activité, y engage plus d’argent et de moyens qu’aucun autre canton.

Malgré cet important engagement, les irrégularités sur nos chantiers sont pires que partout ailleurs!

Il y a deux semaines, une résolution votée à l’unanimité par le Grand Conseil a demandé à l’État d’arrêter les travaux d’électricité sur le chantier TPG En Chardon suite à une dénonciation pour fraude salariale. Les doutes sur le non-respect des conditions de travail existaient depuis l’offre publique et l’adjudication du mandat! Beaucoup d’alertes avaient été lancées, notamment deux interpellations par des députés! Comment est-il possible que l’État n’ait rien entrepris ni réagi durant ces mois et ces années?

Si des soupçons pour de tels agissements s’avéraient sur un chantier privé… l’État aurait fermé et scellé les lieux avec effet immédiat! Là… il est question d’un chantier d’un institut de droit public et il est légitime de se demander s’il existe une égalité de traitement pour les privés et les représentants publics.

Lors de ce débat parlementaire, le Conseil d’État avait même annoncé qu’il désirait, au préalable d’une éventuelle sanction, examiner les conséquences et effectuer une pesée des intérêts! À quoi joue l’État? Beaucoup d’entrepreneurs genevois des branches de la peinture, de la plâtrerie et du ferraillage se le demandent et s’inquiètent pour leur avenir!

Dans ces trois secteurs, la gabegie et un environnement de fraudes sont omniprésents. Il y existe moins de normes pour les travaux, les contrôles et les formations que chez les électriciens. En plus, ces entreprises bénéficient rarement d’un encadrement de surveillance des mégachantiers, notamment des contrôles des heures.

Ce qui détériore année après année la situation est que Genève, contrairement à d’autres cantons, refuse de contrôler les autorisations de séjour et la durée d’activité sur les chantiers!

Démultiplier les contrôles ne sert à rien si les éléments essentiels ne sont pas pris en compte!

(André Pfeffer, député, in Newsletter UDC N° 278 du 19 juin 2019)

André Pfeffer

André Pfeffer


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire