15/05/2021

Éjectée du leadership du GOP, Liz Cheney s’enfonce davantage

Les Républicains de la Chambre des Représentants ont élu vendredi matin, le 14 mai, la Représentante Elise Stefanik (Républicaine de New York) afin de remplacer la revancharde Liz Cheney. Mme Stefanik a immédiatement mis à mal les socialistes radicaux qui détruisent les États-Unis. C’était rafraîchissant de l’entendre à la place de Mme Cheney qui semble ne savoir rien faire d’autre à part attaquer l’ex-Président Donald Trump. Après le vote, mercredi matin, qui la démettait de son poste, Mme Cheney a affirmé qu’elle ferait tout ce qu’elle pourrait afin de s’assurer que Donald Trump ne s’approche plus jamais du bureau ovale.

Interviewée par Bret Baier sur Fox News, Liz Cheney s’en prend encore à Donald Trump

Apparemment, son éviction de la direction du GOP ne lui a rien appris.

Liz Cheney est allée sur Fox News, jeudi soir avec Bret Baier. Au lieu d’essayer de se réconcilier avec les électeurs ou de montrer qu’elle est déterminée à aller de l’avant et à combattre Joe Biden, la députée du Wyoming a perdu la tête, fulminant contre « le grand mensonge » et refusant de tenir les Démocrates responsables de quoi que ce soit.

Elle a même attaqué directement Fox News, ce qui est une chose étrange à faire lorsque vous êtes interviewé par quelqu’un d’aussi calme et objectif que Brett Baier.

L’arrogance de Mme Cheney transparaît dans des clips postés sur Twitter, ce qui est ironique étant donné que les twitts de M. Trump était l’une des choses qu’elle critiquait le plus.

Brett Baier a été très direct lorsqu’il lui a demandé quelles sont ses priorités.

(Pourquoi un Républicain consacrerait-il sa vie à faire obstacle à un ex-président républicain ? Où était cette énergie lorsqu’il s’agissait de s’opposer aux Démocrates, qui sont ostensiblement à l’opposé de Mme Cheney?)

Après que Mme Cheney se soit visiblement énervée lorsque Baier a insisté (afin d’obtenir une réponse), elle a détourné l’attention en critiquant Fox News. Selon son habitude, elle est retombée dans le Syndrome de dérangement anti-Trump :

« Nous avons tous une obligation, et je dirais que Fox News surtout – surtout Fox News – a une obligation particulière de s’assurer que les gens savent que l’élection n’a pas été volée. Fox News doit s’assurer que le peuple américain… »

Brett Baier l’a interrompue, lui disant que Fox l’a fait (et a mis en colère certains téléspectateurs en disant cela), alors Mme Cheney s’est emportée en disant qu’il devait poser les questions et la laisser finir, puis a déblatéré sur la nécessité d’une transition pacifique du pouvoir – comme si cela n’était pas arrivé.

Je suppose qu’il faut lui reconnaître le mérite d’y aller à fond. En se dirigeant vers la sortie de cette façon, elle aliène tous les collaborateurs républicains qui étaient portés à l’appuyer.

Mais il y a une dernière question qui devrait vraiment vous faire réagir.

Brett Baier l’a interrogée sur son utilisation d’un faux reportage selon lequel les Russes payaient des primes aux Talibans (pour tuer des soldats américains ) qui a été largement propagé pour attaquer Trump pendant l’élection de 2020.

Elle ne regrette pas d’avoir cité ce reportage. Il était faux, alors en quoi confirmait-il sa mauvaise opinion de Donald Trump ?

Cet exemple montre simplement que Mme Cheney n’a aucun principe et n’est guidé que par une soif aveugle de pouvoir. C’est une femme qui est passée de l’arrière-ban à la direction en seulement quatre ans, certainement grâce à son nom de sa famille et non à ses qualifications (comme démontré éventuellement par ses piètres performances).

Au lieu de faire preuve d’un peu d’humilité et d’admettre qu’elle a eu tort, elle a redoublé d’agressivité, cherchant à perpétuer un mensonge qui a été utilisé pour prolonger la guerre en Afghanistan.

À quel point une personne peut-elle être avide de faire la guerre ?

Ce que Mme Cheney a fait lors de cette interview, c’est valider toutes les critiques formulées récemment à son endroit.

Qu’elle oublie Donald Trump.

Elle est la dernière personne dont le leadership républicain a besoin.

Je pense même qu’elle ne devrait pas demeurer dans le parti.

C’est clair qu’elle insiste pour jouer les martyres dans le but de se faire valoir, parce qu’elle estime que Donald Trump a fait dérailler ses ambitions (sans doute, espérait-elle devenir un jour présidente à la Chambre des Représentants).

Si elle avait le souci minimal de ce qu’est la vérité, elle corrigerait ses mensonges concernant les soi-disant primes russes, elle se concentrerait sur les erreurs de Joe Biden, et elle aiderait les Républicains à remporter les élections de mi-mandat en 2022.

Au lieu de cela, elle sert d’idiote utile aux médias gauchistes, et tente de démolir en cours de route les bastions du conservatisme.

Bon débarras.

Espérons que le Wyoming s’en débarrassera pour de bon l’an prochain.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire