30/03/2021

Proche Orient : une leçon pour le président Joe Biden

 

Loin du souvenir des trop nombreuses guerres qui ont marqué le Moyen-Orient, la tentation est grande de penser que la diplomatie doit remplacer la force, et qu’une bonne négociation, quitte à en sortir perdante, vaut mieux qu’un conflit. C’est plus ou moins la philosophie qui semble inspirer la « pas si nouvelle » administration américaine, comme celle de l’ancien président américain Barack Obama.

Le Président Trump, quant à lui, avait sans doute tiré quelques leçons du Premier ministre britannique Winston Churchill et plus encore du misérable double jeu offert par Hitler au Premier ministre britannique Neville Chamberlain et au Premier ministre français Édouard Daladier, qui allait conduire, un an plus tard, à la Seconde Guerre mondiale. Daladier et Chamberlain étaient tellement opposés à l’usage de la force qu’ils préférèrent sacrifier la Tchécoslovaquie aux appétits nazis plutôt que de tenir bon tant qu’il était encore temps. Le reste, malheureusement, est bien connu.

D’autres se sont inspirés du général romain, Publius Flavius Vegetius Renatus : « Si vis pacem, para bellum » — Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Le président Trump, après avoir constaté des décennies de stagnation dans le conflit israélo-palestinien, apparemment sans issue, avait adopté une philosophie similaire en décidant de prendre le problème à l’envers et d’écouter une autre version des faits. Il avait vu qu’Israël avait fait des concessions diplomatiques, en se retirant de toute la partie d’Égypte qui avait été envahi lors de la guerre de 1967, et de Gaza en 2005, pour gagner en échange, trois guerres, des dizaines de milliers de roquettes visant sa population civile, et un groupe terroriste, le Hamas, élu par un raz-de-marée à Gaza. Il n’avait pas fallu longtemps pour que les membres du Hamas jettent les fidèles de l’Autorité palestinienne du haut des immeubles et expulsent les autres.

Les administrations précédentes, comme celle du président Obama, s’accrochaient à l’idée que les conflits ne pouvaient être résolus que par la négociation. Trump et ses conseillers ont préféré se tourner vers le monde arabe, inquiet de l’expansion hégémonique iranienne, et tenter de parvenir à un accord global, qui inclurait finalement les Palestiniens.

Ces consultations ont rapidement débouché sur les accords d’Abraham – une paix entre Israël et quatre pays, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc. Il s’agit d’une percée spectaculaire jamais vue dans la région.

Pendant quatre ans, il a semblé que le président Trump ne récompensait qu’une seule partie, Israël. Bien que les décisions de son administration aient provoqué un tollé de la part de Mahmoud Abbas, de son entourage, des gouvernements européens et des Nations unies, curieusement, le monde arabe n’a pratiquement pas émis d’objection. Au contraire, ils se sont déclarés lassés de la « cause » palestinienne improductive et alarmés par la menace iranienne. C’est également une période au cours de laquelle le terrorisme palestinien a atteint l’un de ses plus bas niveaux.

Les médias internationaux se sont enflammés pour avertir Trump du résultat catastrophique qu’entraînerait la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et le transfert de l’ambassade américaine dans cette ville.

L’Union européenne et les Nations unies ont été au bord de la panique lorsque le président américain a reconnu le plateau du Golan – pris en 1967 après avoir été attaqué de là par la Syrie pendant des années – comme faisant partie d’Israël.

D’autres gestes, tout aussi importants, ont ponctué la vision de Trump : l’arrêt de l’aide financière à l’Autorité palestinienne tant qu’elle continuerait à inciter au terrorisme et à distribuer des salaires aux criminels emprisonnés en Israël ; la réduction du financement américain à l’UNRWA, une organisation des Nations Unies apparemment conçue pour perpétuer le statut de réfugié – ainsi que le conflit – pour les descendants des Arabes palestiniens qui ont fui pendant les guerres visant à détruire Israël en 1948 et à nouveau en 1967 ; la fermeture du bureau de l’OLP à Washington ; mais, surtout, l’établissement d’un plan de paix réaliste, tenant compte des intérêts de deux peuples et non de leurs dirigeants. Le plan de Trump offrait aux Palestiniens un État dans les zones qu’ils peuplent, une capitale administrative à définir, et 50 milliards de dollars d’aide pour développer leur économie. Ce plan a été rejeté par l’Autorité palestinienne avant même d’être élaboré.

Tout cela n’a en rien empêché les accords d’Abraham de voir le jour. Selon Jared Kushner, l’Arabie saoudite envisageait également de reconnaître Israël si l’administration Trump avait été élue pour un second mandat.

Ces mêmes Saoudiens s’inquiètent aujourd’hui d’un éventuel retour au JCPOA, l' »accord sur le nucléaire iranien » promu par des membres de l’administration Obama – John Kerry, Wendy Sherman et Joe Biden, alors vice-président – qui permettrait aux Ayatollahs d’obtenir des bombes nucléaires. L’accord JCPOA, parfois comparé à un « fromage suisse » pour ses nombreux défauts, parmi lesquels une « clause de caducité » autorisant le gouvernement iranien à enrichir de l’uranium et à obtenir des bombes nucléaires après quelques années, ainsi que le fait qu’il n’a aucune obligation de se soumettre aux inspections « en tout lieu et à tout moment » de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Malheureusement, les premières annonces du président Biden concernant l’Iran et l’Arabie saoudite ne sont pas de nature à rassurer les Saoudiens ou les autres alliés de l’Amérique dans le Golfe. Malgré les activités malveillantes de l’Iran à l’étranger – aide aux mouvements terroristes tels que le Hezbollah libanais et les Houthis au Yémen, enrichissement accéléré de l’uranium, développement de missiles balistiques intercontinentaux pouvant transporter des ogives nucléaires, et difficultés rencontrées par les inspecteurs de l’AIEA pour inspecter les sites nucléaires iraniens – M. Biden a déclaré à propos du JCPOA : « Il fonctionnait. Il était tenu fermement. Il n’y avait aucun mouvement de la part du gouvernement iranien pour se rapprocher d’une arme nucléaire. »

Malheureusement, ce n’est pas vrai. En 2017, une équipe d’Israéliens s’est introduite dans un entrepôt iranien et est repartie avec « des dizaines de milliers de fichiers secrets » qui documentent d’importantes tricheries.

Confronté à la décision du président Trump de se retirer de l’accord tant que l’Iran ne se comporte pas de manière moins agressive, Biden a répondu, encore une fois de manière incorrecte :

« L’accord historique sur le nucléaire iranien que nous avons négocié a empêché l’Iran de se doter d’armes nucléaires […]. Pourtant, Trump l’a mis de côté, incitant l’Iran à relancer son programme nucléaire… »

Malheureusement, au contraire, le JCPOA permet à l’Iran de fabriquer autant de bombes nucléaires qu’il le souhaite en quelques années.

Si la nomination d’Antony Blinken au poste de secrétaire d’État a suffi à rassurer les Israéliens et les Saoudiens, la désignation de Robert Malley comme représentant spécial pour l’Iran n’a fait que raviver leurs inquiétudes. Malley n’a pas seulement été impliqué dans la conception du JCPOA, il a été « exclu de la première campagne présidentielle d’Obama après que des rapports aient révélé qu’il avait rencontré des membres du groupe terroriste Hamas », et il aurait demandé que le Hamas soit inclus dans les négociations à l’avenir. Le sénateur Tom Cotton a tweeté :

« Il est profondément troublant que le président Biden envisage de nommer Rob Malley pour diriger la politique iranienne. Malley a un long passé de sympathie pour le régime iranien et d’animosité envers Israël. Les ayatollahs ne croiront pas à leur chance s’il est sélectionné. »

Reuel Marc Gerecht a écrit en 2018 :

« En ce moment, le régime clérical pourrait avoir un site clandestin de centrifugeuses à Mashhad, dans le nord-est de l’Iran, et nous ne le saurions pas…. Il n’y a rien dans le JCPOA qui pourrait nous aider à découvrir cette installation ou toute autre installation secrète éventuelle. »

Le gouvernement israélien, dont les services secrets ont réussi à démontrer la volonté de l’Iran d’acquérir des armes nucléaires, a également mis en garde :

« L’accord a donné à l’Iran une autoroute pavée d’or pour construire l’infrastructure critique pour tout un arsenal de bombes nucléaires. Cet accord a donné à l’Iran les ressources nécessaires pour intensifier considérablement son agression et sa terreur dans tout le Moyen-Orient. »

Les déclarations de Biden sur la paix avec les Palestiniens ne sont pas non plus de nature à rassurer les alliés de l’Amérique au Moyen-Orient. Sa vision ne semble pas très éloignée de celle d’Obama et de Kerry.

Biden a résumé sa position l’automne dernier :

« Une solution à deux États est le seul moyen d’assurer la sécurité à long terme d’Israël tout en maintenant son identité juive et démocratique. Je ne sais pas comment ils font sans une solution à deux États. Et c’est aussi le seul moyen de garantir les droits des Palestiniens à un État qui leur soit propre. »

Ce qu’il semble oublier, c’est que ces tentatives d’engagement n’ont jamais abouti à aucun résultat, si ce n’est de raviver le conflit.

La question est de savoir ce que fera Biden s’il s’avère qu’une fois de plus, l’Autorité palestinienne décide qu’elle doit obtenir toutes les concessions possibles avant même d’entamer des négociations.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire