15/11/2018

Guillaume Barazzone doit démissionner (mon intervention au Conseil municipal Ville de Genève du 13 novembre 2018)

Mesdames, Messieurs les Conseillers municipaux,

Des faits graves ont été constatés par la Cour des comptes qui a eu la bonne idée de se pencher sur les frais professionnels de nos Conseillers administratifs. Elle a ainsi trouvé que tous se sont fait rembourser beaucoup trop. Le champion de la dépense est clairement Guillaume Barazzone avec Frs 42’224.-.

A cela s’ajoute qu’il n’est qu’occasionnellement à Genève, car il passe une partie importante de ses occupations à Berne dans le cadre de son mandat de conseiller national. N’oublions pas qu’une vie privée riche en événements le caractérise, ayant engendré des frais le week-end tard dans la nuit, des alcools forts, la prise en charge d’une bouteille de champagne de prestige ou encore un déplacement à Abu Dhabi. L’UDC pense qu’une grande partie de ces activités ne sont pas compatibles avec un mandat de Conseiller administratif.

A cela s’ajoute encore sa tentative de faire payer les contribuables pour ses frasques. Monsieur Barazzone a remboursé des frais indûment facturés à la Ville seulement sous pression, après la découverte par la Cour des comptes de sa forfaiture. Sa position est ainsi devenue intenable.

Nous exigeons donc sa démission immédiate, en urgence que nous vous demandons de voter maintenant.

P.S.: Le président Eric Bertinat (UDC) a voulu être plus catholique que le pape en me coupant le micro avant l'écoulement de mon temps de parole d'une minute, puis la gauche du Conseil municipal a fait bloc et a refusé l'urgence.

Quel est votre avis ? Laissez un commentaire et inscrivez-vous aux informations de nos dernières publications (en haut à droite) !

Guillaume Barazzone

Guillaume Barazzone


6 commentaires:

  1. Je crois que l'UDC n'a rien denandé a Mme Amoudruz pour ses delits penauds, un soir à Genève. Deux poids et deux mesures?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand est-ce qu'elle a dépensé l'argent du contribuable comme s'il lui appartenait? Cela a dû m'échapper.

      Supprimer
    2. Et quand est-ce que l'UDC a pris sa défense pour justifier son moment d'égarement?

      Supprimer
    3. Et comment comparer un Conseiller administratif avec un salaire annuel de Frs 253'923.- et qui est encore Conseiller national durant le temps qu'il ne passe pas au téléphone ou en train de boire des alcools forts ou des bouteilles de champagne de prestige avec une conseillère nationale travaillant dans le privé?

      Supprimer
  2. Les élus ont des vies privées, lesquelles ne regardent pas plus le peuple que celles du peuples ne concernent les élus. Les deux doivent s’exercer dans les respect de tous. Les élus ont des contraintes supplémentaires. Ils ne doivent pas voler, ni mentir, ni corrompre, ni abuser de leur pouvoir. La vie privée de Céline Amaudruz tout comme celle de Guillaume Barazzone leur appartient dans les limites de ce qui est précédemment écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord. C'est la raison pour laquelle je me contente de citer des faits mentionnés dans le rapport de la Cour des comptes ou sortis des séances plénières du Conseil municipal, à l'exclusion de toute observation personnelle.

      Supprimer