17/08/2019

L’UDC exige une baisse effective des chiffres de l’asile !

La Confédération annonce une fois de plus une baisse du nombre de demandes d’asile. Pure propagande, car c’est le contraire qui est vrai: bien que le nombre de demandes d’asile diminue, les coûts explosent. De surcroît, quelque 125’000 personnes du domaine de l’asile séjournent actuellement en Suisse, soit 2500 de plus qu’en 2018 et presque autant que la ville de Berne compte d’habitants. La majorité d’entre eux vivent au frais des contribuables.

En publiant des chiffres annonçant une baisse du nombre de demandes d’asile, la Confédération cherche à faire croire que ce problème est en train de se régler par lui-même. Un pur exercice alibi, aux yeux de l’UDC. Plus de 7000 demandes durant les six premiers mois de l’année, c’est toujours beaucoup trop, d’autant plus que la grande majorité de ces personnes ne sont pas des réfugiés au sens de la loi, mais des migrants économiques qui cherchent à se faire une vie plus agréable. Plus de 7000 demandes, c’est aussi beaucoup trop parce que le Conseil fédéral a décidé en 2015 sous la conduite de l’ancienne ministre de l’asile, Simonetta Sommaruga, de participer en plus à des dits programmes de réinstallation qui consistent à faire venir durant plusieurs années des milliers de prétendus réfugiés directement par avion en Suisse.

Les coûts ont plus que doublé depuis 2008

La problématique de l’asile est loin d’être résolue puisqu’on assiste à une explosion des coûts malgré la baisse du nombre de demandes. La Confédération a budgétisé à elle seule près de 2 milliards de francs à ce titre pour l’année en cours, soit plus que le double qu’en 2008, un an après l’éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral. Si on y ajoute les coûts de l’asile au niveau des cantons et des communes (l’aide sociale, lesdits programmes d’intégration, les frais d’infrastructure dans le domaine scolaire, etc.) ainsi que l’aide au développement, on constate que l’industrie de l’asile charge les budgets publics de plus de 6 milliards de francs par an.

En annonçant triomphalement une baisse du nombre de demandes, la Confédération cherche aussi à faire oublier que plus de 125’000 personnes entrées par la voie de l’asile vivent actuellement en Suisse. 47’000 d’entre elles sont au bénéfice d’une admission dite provisoire. Leur nombre a plus que doublé depuis l’entrée en fonction de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en 2010. La grande majorité des immigrés de l’asile vivent de l’aide sociale, donc aux frais des contribuables suisses. Selon la statistique de la Confédération, le taux d’activité lucrative n’est que de 37% chez les personnes admises provisoirement et de 31% chez les réfugiés reconnus. Il ne faut cependant pas se laisser tromper par la notion de « taux d’activité », car un grand nombre de ces migrants de l’asile qui exercent une activité professionnelle – par exemple dans un programme d’occupation financé par l’Etat – ne parviennent pas à subvenir à leurs propres besoins et encore moins à ceux de leur famille souvent nombreuse. Ils dépendront durant de nombreuses années de l’aide sociale et toucheront des prestations complémentaires lorsqu’ils auront atteint l’âge de la retraite. Ce développement posera ces prochaines années d’énormes problèmes financiers à de nombreuses communes.

Stopper l’admission et renvoyer systématiquement

Pour toutes ces raisons l’UDC réclame une fois de plus une authentique baisse des chiffres de l’asile. La Suisse doit enfin renvoyer rigoureusement les personnes admises provisoirement dès que la situation dans leur pays d’origine le permet ou si elles proviennent d’Etats tiers sûrs. De plus, la Suisse doit immédiatement cesser de participer aux programmes de réinstallation de migrants.

Newsletter UDC N° 283 du 16 août 2019

Les coûts de l'asile explosent

Les coûts de l'asile explosent


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire