27/08/2019

Mais qui êtes-vous vraiment Roger Köppel?

En Suisse romande, on connaît le conseiller national UDC, le rédacteur en chef
et patron de la «Weltwoche», le polémiste, le candidat au Conseil des Etats,
mais finalement assez peu l’homme.  L’UDC-Genève vous présente Roger Köppel.

Roger Köppel a 54 ans. Originaire de Küsnacht, dans le canton de Zurich, il a grandi à Kloten. Marié à une femme d’origine sud-vietnamienne, l’homme est le père de trois enfants. Aujourd’hui personnage politico-médiatique incontournable du pays, Roger Köppel a connu à l’Université des profs «baba cool» issus de Mai 68. A l’époque, le Zurichois avait les cheveux longs et à la maison, les idées penchaient plutôt à gauche comme il l’a confié à l’hebdomadaire l’Illustré.

Roger Köppel le dit :  il est «quelqu’un de très curieux, qui vit sans cesse dans la réflexion» : «J’aime aller au fond des choses, dépasser tout ce qui est superficiel. Comme éditeur, dans mon métier de journaliste et en politique, j’aime m’attaquer aux problèmes que l’on ne comprend pas d’un coup d’œil. J’ai été élu pour cela. Pas pour partager des apéros et pour faire ami-ami avec des collègues dont je ne partage ni les visions ni la manière d’appréhender notre fonction. Ce serait hypocrite de ma part.»

Journaliste, patron de presse, il a longuement réfléchi au modèle suisse, «à ce qui faisait son succès.» Il s’est interrogé. Pourquoi les meilleurs horlogers français ont quitté leur pays pour venir exprimer leur talent et assouvir leurs ambitions à Genève ;  pourquoi la Suisse a été protégée des catastrophes des grandes guerres ;  pourquoi les Vaudois, pourtant colonisés plus d’un siècle par les Bernois, ont tenu à rester avec eux après s’en être libérés ;  pourquoi les Tessinois n’ont pas rallié l’Italie qui leur tendait les bras, etc. «Qu’est-ce que possède notre pays que les autres n’ont pas pour avoir un tel pouvoir d’attraction? J’ai beaucoup lu, beaucoup cherché, beaucoup échangé autour de cette question qui n’en était pas une pour les gens de ma génération, laquelle prenait notre prospérité et nos libertés pour quelque chose de normal et d’acquis», se confie-t-il dans l’Illustré.

Roger Köppel sait que de tout temps, la Suisse a été gouvernée par des Suisses et pour les Suisses. Contrairement à la majorité des pays ou à l’Union européenne, «notre démocratie directe met le citoyen au centre de l’intérêt. Notre neutralité et notre indépendance nous maintiennent à l’écart des grands blocs et de leurs influences. C’est ce modèle qui demeure révolutionnaire et ouvert sur le monde.» Et de défier quiconque de trouver un autre pays sur la planète offrant autant de liberté et de possibilités à ses habitants !

Le quinquagénaire excelle dans les joutes verbales, il aime faire exploser les cadres de la bienséance journalistique ou politique. Son ascension dans le milieu médiatique a été rapide tout comme en politique où il a fait au Conseil national en 2015, le meilleur score de son parti et de l’histoire du pays. Roger Köppel est devenu un personnage politico-médiatique incontournable en Suisse et même au-delà de nos frontières.

Roger Köppel en cinq dates
- 1965 : naissance à Küsnacht (ZH)
- 1995: Licence en sciences politiques
- 2006: Journaliste suisse de l’année
- 2010: Lauréat du Prix Ludwig Erhard du journalisme économique, à Berlin, en tant que quatrième lauréat suisse
- 2015: élu au Conseil national sous la bannière de l’UDC

Carrière politique
Le 26 février 2015, Roger Köppel annonce sa candidature au Conseil national sur la liste de l’UDC. Il est élu avec 178'000 voix, ce qui représente le meilleur score de son parti et de l’histoire du pays alors qu'il ne figurait qu'en 17e position sur la liste de l'UDC zurichoise. En janvier dernier, il a annoncé sa candidature au Conseil des Etats.

Newsletter UDC N° 285 du 26 août 2019


Roger Köppel donne une conférence intitulée «Stopper l’arnaque de la classe moyenne»

Roger Köppel donne une conférence intitulée «Stopper l’arnaque de la classe moyenne»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire