12/11/2019

Ouf, les nationalités ne seront pas supprimées des communiqués de presse

C’est un vieux serpent de mer, presqu’aussi long que celui de la traversée du lac. Fallait-il, oui ou non, supprimer les nationalités des personnes qui ont commis un délit et dont l’affaire se retrouve dans un communiqué de presse rédigé par les services de police. Une motion verte (M2434) avait été déposée au Grand Conseil demandant la suppression de ces renseignements qui, selon les Verts, ne faisait qu’attiser la haine et n’apportait rien sur la commission du délit. «C’est faux ! » rétorque Marc Fuhrmann rapporteur de minorité. «C’est lorsque l’Etat commence à cacher des choses à sa population que cela commence à mal tourner. » Pour l’UDC Genève, la motion des Verts était superflue et constituait une obstruction à la liberté de la presse, garantie par notre Constitution.

L’UDC Genève se félicite que les Genevois puissent continuer de de connaître la nationalité de ce cambrioleur, celle de ce voleur de sacs ou encore celle de cet énergumène qui a proposé de la drogue à une jeune fille de 15 ans.

Que souhaitait-on cacher de toute façon ?  La triste réalité, c’est que 90% des prisonniers de Champ-Dollon sont des étrangers et aucune manipulation de l’information n’y changera rien.

Au vote du Grand Conseil, les députés se sont retrouvés partagés en deux blocs égaux. Et c’est le président du Parlement Jean-Marie Voumard (MCG)– un ancien gendarme - qui a tranché. Oui, on pourra toujours lire les nationalités des criminels dans les communiqués de presse. Et c’est une très bonne nouvelle pour l’UDC !

Pour plus d’informations :

Marc Fuhrmann, député UDC

Christo Ivanov, député UDC et chef de groupe

Sommes-nous tous citoyens du monde?

Sommes-nous tous citoyens du monde?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire