30/10/2019

La fête de la journée des morts (Fiesta del Día de Muertos) fait des vagues (2)

Après l’invitation qui a été adressée aux lecteurs de ce blog de prendre position quant à l’opportunité de tenir une fête des morts mexicaine dans le cimetière des rois, force est de constater qu’il n’y a pas eu un flot de réactions. Néanmoins, il s’est avéré que plusieurs personnes ont autrement manifesté leur mécontement par rapport à cette visite incongrue prévue à la Toussaint 2019.

D’un autre côté, j’ai reçu la prise de position suivante:

«A titre personnel, la célébration du Jour des morts, où vivants et disparus sont réunis les 1er et 2 novembre à l’occasion d’une fête inscrite au Patrimoine Culturel immatériel de l’Humanité de l'UNESCO depuis 2003, ne me heurte pas.

En effet, le Jour des morts, avec son arrière-goût nostalgique, est avant tout un moment de joie, de retrouvailles, de reconnaissance: les vivants honorent leurs défunts avec musique, fleurs, encens, avec les plats et les boissons qu'ils préféraient. On les récompense ainsi de nourrir avec leur corps la terre qui nourrit les vivants. Cette toussaint syncrétique est largement célébrée parmi ces Peuples convertis au catholicisme au 16e siècle, ce qui dans la Rome protestante qu'est Genève peut heurter notre austérité calviniste. Aujourd'hui, les pays d'Amérique latine figurent parmi les principaux pays catholiques au monde, alors que l'Europe vieillissante se voit soumise, un peu plus chaque jour, à un Islam conquérant.

Je suis persuadé que les proches de Mme Grisélidis Real ou de magistrats et d'autres personnalités marquantes ayant contribué au rayonnement de Genève et reposant au cimetière de Plainpalais pourront s'entendre avec les organisateurs et faire part de leurs éventuelles préoccupations.»

Qu'en pensez-vous?

Célébrer la paix des morts

Célébrer la paix des morts


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire