16/08/2018

Il faut interdire le port du voile à l'école (souvenir du 18.7.2013)

Un règlement n’est pas suffisant pour le Tribunal fédéral, afin de confirmer l’interdiction du port du voile à deux écolières thurgoviennes ; il faut une loi.

En toute bonne logique, le Grand Conseil est appelé à parer au plus vite à ce manque dans la législation genevoise, contrairement aux allégations du Conseiller d’Etat Charles Beer dans la Tribune du 16 juillet. L'assemblée constituante s’est d’ailleurs déjà penchée sur cette question. Hélas, ses membres, trop frileux devant une gauche puissante, et craignant un rejet de leur projet en votation populaire, ont refusé la proposition UDC.

Voici l’amendement UDC : « Le port de vêtement cachant le visage est interdit en public à toute personne domiciliée dans le canton. La loi peut prévoir des exceptions. »

Et voici le commentaire de notre rapporteur :

« Pour le groupe UDC, cela fait partie de la dignité humaine que de pouvoir évoluer à visage découvert dans cette République. Se cacher, pour ceux qui le font volontairement, est un signe de méfiance à l’égard du reste de la population, à l’égard de la collectivité. On a en mémoire les tristes événements du G8 où les gens avaient cru bon cacher leur visage pour commettre des méfaits. On a aussi actuellement un débat général sur des personnes qui se cachent le visage pour d’autres raisons que nous appellerons des raisons culturelles, et l’amendement que nous proposons vise à interdire le port de vêtement qui cache le visage, parce que c’est absolument incompatible avec notre conception de la dignité humaine. C’est absolument incompatible avec l’égalité que l’on doit prôner entre l’homme et la femme, et surtout, cela est destiné à introduire aux personnes, à qui on force de porter un vêtement qui cache le visage, une volonté de non-intégration à notre société. Se cacher le visage représente une telle horreur pour la plupart d’entre nous que le sentiment de la dignité humaine que nous éprouvons en est atteint et que cela fait vraiment partie des choses que nous devons protéger parce qu’une personne qui se cache le visage ne peut pas s’intégrer à notre société. Nous posons cet amendement dans un but d’intégration. »

Jeune femme sans voile

Jeune femme sans voile


15/08/2018

QUAND L’ÉTAT EXP(L)OSE VOTRE POLICE

Pour soutenir mieux notre police, je vous propose à présent un article qui se trouve à l'origine sur le site internet du syndicat de la police judiciaire:


LORSQUE CERTAINS SONT À ABOU DHABI. D’AUTRES SONT JUSTE À BOUT.
Chers lecteurs, chers amis
C’est face à l’adversité et aux difficultés que l’on prend la mesure de la solidarité dont une communauté est capable.
L’un des nôtres a été blessé lors d’une violente agression ce, quelques jours à peine après l’ignoble lynchage de 5 jeunes femmes en plein centre-ville.
Aujourd’hui, vous êtes nombreux à manifester votre indignation et à nous exprimer votre soutien.
Beaucoup dénoncent également les dysfonctionnements manifestes de notre institution, de même qu’une justice trop « molle » à l’égard de ceux qui osent s’en prendre délibérément à vos policiers.
Il semble hélas qu’il faille parfois des victimes pour réveiller la conscience collective, et pour rappeler que NON, vos policiers NE SONT PAS les fonctionnaires trop payés pour ce qu’ils font et “qui ne prennent pas plus de risques qu’une infirmière ou un employé du SCOM” (pour reprendre les termes insultants de notre Magistrat de tutelle Pierre MAUDET lorsqu’il souhaitait s’attaquer à notre indemnité « risque inhérent à la fonction » ou IRIF).
Ces tragédies rappellent cruellement la nécessité d’accorder aux policiers non seulement les moyens nécessaires à l’accomplissement de leurs missions, mais également la reconnaissance et le respect dans lesquels ils pourront quotidiennement puiser force et motivation.
Car s’il y a déjà trop de policiers blessés en service – cela N’EST RIEN en comparaison des risques qui sont pris chaque jour par ces hommes et ces femmes qui se dévouent corps et âmes à votre service.
Sachez en effet que même si vos policiers font tout leur possible pour maintenir l’ordre, pour vous venir en aide et résoudre des enquêtes, des drames sont régulièrement évités de justesse. Vous ne le savez pas, puisque personne ne parle de « non événements ».
S’il n’y a pas plus de policiers blessés voire tués, CELA TIENT DU MIRACLE, compte tenu de ceci :
Vos policiers doivent relever des défis de plus en plus nombreux. Aucune police en Suisse ne doit faire face à la délinquance qui sévit à Genève.
Vos policiers sont confrontés à de nouvelles menaces et à une violence grandissante et omniprésente.
Paradoxalement, les services de police sont cruellement impactés par des sous-effectifs qui compliquent leurs tâches et les exposent dangereusement; au final, c’est VOUS qui faites les frais de ces inadmissibles carences résultant d’une mauvaise politique et d’une gestion catastrophique. Sans compter qu’Après Police-Secours, c’est la Police Judiciaire qui souffrira du manque drastique de personnel, ses effectifs n’étant pas renouvelés.
La formation des nouvelles recrues est en outre lacunaire et inadaptée, voire dangereuse; pourtant, malgré les nombreux cris d’alarme, Pierre Maudet s’entête à vouloir la maintenir.
Sur le terrain, l’encadrement de ces jeunes policiers inexpérimentés est de moins en moins bien assuré.
Pour ne rien arranger, Pierre Maudet ne tient pas ses promesses et aggrave la crise, notamment s’agissant du récent protocole d’accord qu’il ne respecte pas.
Sa politique d’austérité, à l’égard des policiers qui ont pourtant déjà démontré une bonne volonté en consentant des sacrifices, relève davantage de l’acharnement et du mépris, que d’une stratégie d’économie réfléchie
La démotivation, pour ne pas dire le syndrome de castration, gagne inexorablement vos policiers qui sont inlassablement poursuivis et sanctionnés, tant pénalement qu’administrativement, pour avoir voulu vous servir rapidement et efficacement. Avant, ces policiers partaient en intervention en se souciant de leur sécurité, de celle de leurs coéquipiers et bien évidemment de celle des tiers. Aujourd’hui, ils doivent en plus supporter la crainte de procédures et de punitions. C’est beaucoup trop de pression !
Enfin, la confiance ne cesse de s’effilocher entre vos policiers et un Magistrat plus prompt à rappeler aux autres l’éthique qu’à la respecter lui-même – référence faite notamment au cadeau qu’il n’aurait jamais dû accepter, et à ses explications confuses, contradictoires sinon mensongères; les policiers ne se reconnaissent pas dans ces comportements.
Vous l’aurez compris : la rentrée promet d’être brûlante, car plus que jamais, vos policiers en ont ASSEZ. Assez d’être ainsi exposés aux dangers, sans les moyens, ni la reconnaissance, ni la confiance leur permettant de VOUS fournir le service que VOUS êtes en droit de réclamer.
NOUS EN APPELONS DONC À VOTRE SOUTIEN DANS LES CAUSES LÉGITIMES QUE DÉFENDRONT VOS POLICIERS POUR UN MEILLEUR SERVICE À LA POPULATION.
Merci à vous tous.
Canon à eau de la police genevoise

Canon à eau de la police genevoise


13/08/2018

Un Trappiste agresse des policiers et provoque des émeutes

Mais non, rassurez-vous ! Il ne s’agit pas d’un gentil moine vêtu de blanc, brasseur de bière. Ce trappiste-là n’est pas chrétien, mais un musulman habitant Trappes (banlieue de Paris). Selon le procureur de la République de Versailles, Vincent Lesclous, les policiers auraient procédé à un contrôle de sa femme intégralement voilée – vite relâchée – visée par un contrôle d’identité. Son mari s’y était interposé.

Cette version est néanmoins sujette à caution, car contestée par la femme, une Martiniquaise convertie à l’Islam, longtemps placée en foyer pour des problèmes familiaux. Et comme on sait que les musulmans disent toujours la vérité…

J’avais écris ce qui précède en 2013 sur mon blog hébergé par la Tribune de Genève. En faisant une recherche sur internet, afin de mettre un lien sur l’article original, j’apprends que cet événement et ce qui a suivi est maintenant connu en tant que Les émeutes de juillet à Trappe. Je suis aussi informé que le gentil musulman prénommé Mickaël, mari de Cassandra, la femme voilée, avait commis une tentative d’étranglement sur un policier. Son arrestation a servi de prétexte à trois nuits d'émeutes et des séquences sporadiques mais intenses de guérilla urbaine, avec échange de lacrymogènes et de mortiers d'artifice.

Bilan des échauffourées: trois émeutiers condamnés à des peines de six à dix mois de prison, un adolescent gravement blessé, des Abribus détruits et une population durablement marquée.

Participant à une émeute en train de jeter un cocktail Molotov

Participant à une émeute en train de jeter un cocktail Molotov


12/08/2018

Le texte du 12 août: Régnez sur le monde

Rappelez-vous qu'aucune prière ne reste sans réponse. Rappelez-vous qu’au moment où une chose vous semble incorrecte ou les actions d'une personne ne sont pas ce que vous pensez qu'elles devraient être, vous devez prier pour que ces erreurs soient corrigées ou que cette personne soit différente.

Faites face à vos responsabilités. Qu'est-ce qui ne va pas dans votre pays, ses hommes d'État, ses lois, ses habitants? Réfléchissez tranquillement et faites de ces objets vos objets de prière. Vous verrez changer des personnes que vous n’avez jamais vues, des lois faites à votre demande, le mal banni.

Oui! Vivez dans un sens large. Vivez pour servir et sauver. Vous ne pouvez jamais sortir de votre chambre, et vous pouvez pourtant devenir l'une des forces les plus puissantes dans votre pays et dans le monde.

Vous ne verrez peut-être jamais le puissant travail que vous faites, mais je le vois et le mal le voit. Oh! c'est une vie glorieuse, la vie de celui qui sauve. Travaillez avec moi. Voyez cela de plus en plus.

Aimez avec moi et partagez ma Vie.

«Dieu de mes pères, je te glorifie et je te loue de ce que tu m’as donné la sagesse et la force, et de ce que tu m’as fait connaître ce que nous t’avons demandé, de ce que tu nous as révélé le secret du roi.» (Da 2: 23)

(Traduit de God calling)

Jeune femme avec une rose

Jeune femme avec une rose


06/08/2018

Les Genevois ne veulent pas renoncer à l’autodétermination

Le 24 septembre 2017, les Genevois ont accepté une diminution des nombres de signatures requis pour les initiatives et les référendums. Ce renforcement de la démocratie directe était recommandé par l'UDC et a été approuvé par 62% des électeurs. Hélas, il pourrait s’avèrer bien futile si le peuple ne s’oppose pas aussi massivement à l’abrogation de ses prérogatives par le droit international.

Le peuple suisse, dans son immense sagesse, a accepté l’adhésion de la Suisse à la convention européenne des droits de l'homme en 1974. Tout aussi sage, il a refusé l’adhésion à l’espace économique européen en 1992. Il voulait d’une part confirmer le droit suisse tel qu’il avait été développé durant presque 700 ans concernant la protection des droits de l’homme dans un acte de solidarité avec l’Europe qui n’avait, quant à elle, pas été épargnée par des violations massives desdits droits de l’homme. Il a en revanche rejeté le deuxième traité qui aurait sonné la fin de la démocratie directe en Suisse.

Aujourd’hui, force est de constater que la Cour de justice européenne ne se contente plus de juger les violations choquantes des droits de l’homme, mais qu’elle invente de plus en plus de «droits humains» au détriment de l’autodétermination des peuples. Ce ne serait pas grave en soi, tant que le peuple suisse peut librement en décider autrement. Or, le Tribunal fédéral a récemment donné la priorité absolue au «droit international» au détriment du droit national. A remarquer que le droit international n’est pas vraiment un droit, car il n’y a aucun pouvoir qui assure son application. Afin de corriger cette aberration, il est aujourd’hui nécessaire d’exprimer explicitement dans la constitution ce qui était valable jusqu’à ce jugement du Tribunal fédéral, c’est-à-dire le respect du droit international et la primauté du droit national.


Le système politique de la Suisse

Le système politique de la Suisse



05/08/2018

Le texte du 5 août: Moments de besoin

Seigneur, viens vers nous et guéris-nous.

Je suis votre guérisseur, votre joie, votre Seigneur. Vous me demandez, à moi, votre Seigneur, de venir. Ne savez-vous pas que je suis ici? Sans faire du bruit, je m'approche de vous.

Lorsque vous avez besoin de moi, j’arrive.

Si vous connaissez mon amour, si vous connaissez mon désir de vous aider, vous saurez qu’il n’est pas nécessaire de m’implorer dans l’angoisse.

Votre besoin m’appelle.

«Guéris-moi, Eternel, et je serai guéri; Sauve-moi, et je serai sauvé; Car tu es ma gloire.» (Jé 17: 14)

(Traduit de God calling)

Jeune fille jouant au minigolf

30/07/2018

10% des Erythréens qui quittent leur pays arrivent en Suisse

Pourquoi la Suisse, un pays tellement éloigné de l’Erythrée, accueille 10% de tous les Erythréens qui quittent leur pays? C’est d’autant plus étonnant qu’elle se trouve dans l’espace Dublin. Dès lors, elle devrait seulement accepter le demandeur d’asile qui est entré dans l'espace Dublin en entrant en Suisse.

En vérité, il n’y a rien d’étonnant à cela. Des guides pour migrants sont disponibles sur internet. Pour le surplus, les 30’000 Erythréens déjà installés en Suisse n'ont aucun mal à diriger leurs compatriotes vers le pays de cocagne que la Suisse est pour eux, du fait de leur mauvaise intégration professionnelle.

L’Erythrée vient de faire la paix avec l’Ethiopie. Le Tribunal administratif fédéral a déjà confirmé que le renvoi en Erythrée est licite. C’est donc le moment d’en finir avec l’exception Erythrée. La Tribune de Genève fait ainsi état de la volonté du parlement fédéral de débattre une proposition du sénateur Damien Müller (PLR/LU). Il souhaite mieux exploiter la marge de manœuvre existant sur le plan juridique, afin de lever autant d’admissions provisoires que possible.

Une locomotive en Erythrée (2008)

Une locomotive en Erythrée (2008)

© Simon Robinson, 2008

29/07/2018

Le texte du 26 juillet: Oubliez - Pardonnez

Remplissez votre monde d'amour et de rire. Peu importe l'angoisse que vous avez éprouvée.


Oubliez, pardonnez, aimez, et riez.


Traitez tout le monde comme vous me traiterez, avec amour et considération.


Ne laissez pas les autres vous faire changer votre traitement à leur égard.

«Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.» (Col 3.13)

(Traduit de God calling)


Oubliez - Pardonnez

Oubliez - Pardonnez


28/07/2018

Le papier souffre tout et ne rougit de rien

Ce proverbe signifie qu’on écrit tout ce que l’on veut sur du papier. Aujourd’hui, on parle plutôt de Fake news, mais le procédé est le même. Il s’agit d’écrire quelque chose qui ne correspond pas à la réalité ou d’écrire quelque chose d’une certaine manière, dans le but de déformer la réalité.

Ce procédé est très fréquemment utilisé. Prenons par exemple l’initiative pour l’autodétermination. La Suisse est un pionnier de la défense des droits de l’homme. Certes, elle n’a pas inventé la Magna Carta, mais notre ancienne constitution contenait l’art. 4 qui a permis au Tribunal fédéral de développer toute une pratique qui a ensuite été reprise dans la nouvelle constitution. Il est donc patent que nous n’avons pas besoin des états étrangers, souvent des royaumes ou états autrement caractérisés par des tares comme l’instabilité des gouvernements, népotisme, etc., pour nous apprendre les droits de l’homme. Et je ne parle même pas des défauts de l'ONU. Pourtant Amnesty International prétend que l’initiative de l’UDC était dirigée contre les droits de l’homme. Cette allégation est largement reprise par les médias sans aucun avertissement contre ce mensonge.

Au lieu de chercher les Fake News (il y en a, mais pas beaucoup qui ne sont pas immédiatement reconnaissables comme tels), cherchons plutôt à comprendre la réalité derrière les omissions de nos médias.

Ban Ki-moon, l'ancien secrétaire général de l'ONU

Ban Ki-moon, l'ancien secrétaire général de l'ONU