18/10/2018

Le paradis des voleurs et des brigands* (souvenir du 15.3.2013)

Plus que la moitié de tous les auteurs d’actes criminels en Suisse sont des étrangers (53%), dont 28% habitent en Suisse, 7% sont des requérants d’asile et 18% des frontaliers, sans papiers ou touristes criminels.

Le journaliste Andreas Kunz note que ces chiffres tirés de la statistique policière de la criminalité 2012, prouvent l’augmentation du tourisme criminel et démentent les politiciens qui nous ont promis moins de criminalité avec l’introduction de Schengen.

Pour rappel : l’UDC exige une renégociation ou résiliation des accords Schengen !

* Andreas Kunz pour « Die Weltwoche »

Regarder la vérité en face

Regarder la vérité en face


17/10/2018

« On ne touche pas à l’arbitre ! »

Les récentes et violentes agressions verbales et physiques à l’égard des arbitres ont poussé ces derniers à faire grève. Face à la hausse de la violence sur les terrains, les campagnes de prévention doivent être complétées par un renforcement des sanctions pénales contre les auteurs d’atteintes aux arbitres, comme le demande la résolution du député Christo Ivanov déposée ce jour.

Les arbitres jouent un rôle social évident. Malgré ce rôle, l’engagement altruiste des arbitres n’est pas suffisamment reconnu en Suisse surtout quand il s’agit de les protéger face aux violences. Avec le manque de respect et les violences de joueurs ou de spectateurs dont ils sont parfois l’objet, le risque est aussi d’assister à une baisse des vocations. En France, l’arbitre est considéré comme chargé « d’une mission de service public » et les atteintes dont il peut être la victime dans l’exercice ou à l’occasion de sa mission sont réprimées par des peines aggravées.

Aujourd’hui, les voies de fait contre les arbitres, les lésions corporelles simples et les menaces ne sont pas poursuivies d’office. En prévoyant leur poursuite d’office, comme le demande la résolution, la poursuite pénale s’en trouvera simplifiée, ce qui aura un effet dissuasif sur les auteurs potentiels d'actes de violence. Enfin, le durcissement des sanctions demandé contre les auteurs d’atteintes aux arbitres dans l’exercice de leur mission complètera efficacement les diverses campagnes de prévention.

(Communiqué de presse UDC-Genève du 16 octobre 2018)

Quel est votre avis ? Laissez un commentaire et inscrivez-vous aux informations de nos dernières publications (en haut à droite) !

L'arbitre Olivier Thual en pleine action

L'arbitre Olivier Thual en pleine action


Pour tous renseignements :

Christo Ivanov, député, auteur de la résolution

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale

16/10/2018

PR-1320 : Non à deux millions pour paralyser la Ville !

2,3 millions : tel est le montant demandé par le Conseil administratif pour paralyser les quartiers de Sécheron et de Vermont-Vidollet en les faisant passer en zone 30. Les groupes UDC et MCG s’opposent d’entrée à cette dépense inconsidérée et réclament le débat immédiat sur la PR-1320.

La Ville perd de son attrait. Fruits d’une idéologie anti-voiture de gauche, les multiples contraintes et autres chicanes à l’encontre des automobilistes asphyxient les commerces du centre-ville. Les centres commerciaux situés en périphérie ou en France voisine attirent de plus en plus de clients, séduits par les prix avantageux mais également par les facilités d’accès dont disposent ces temples de la consommation.

Faire passer un quartier, puis un autre en zone 30 n’est pas anodin. La multiplication de secteurs entiers de la ville en zone 30 entraîne un report de la circulation inter-quartiers sur des grands axes saturés. Enfin, la zone 30 complique également le travail des pompiers, policiers et ambulanciers contraints de slalomer dans des rues disposant de contours très serrés.

(Communiqué commun des sections UDC et MCG en Ville de Genève)

Quel est votre avis ? Laissez un commentaire et inscrivez-vous aux informations de nos dernières publications (en haut à droite) !

Complication en vue

Complication en vue


Pour tous renseignements :

Pierre Scherb,  chef de groupe UDC

Daniel Sormani, chef de groupe MCG

Eric Bertinat, UDC, président du Conseil municipal

Amar Madani, MCG, membre du Bureau du Conseil municipal

15/10/2018

Les plaisirs de faire des sites internet

Les plaisirs de faire des sites internet Lorsque j’ai rencontré la semaine passé un conseiller municipal à l’ONU, il m’a confié la devise de son père, ingénieur civil de profession. «J’ai beaucoup de hobbies et un d’eux me rapporte de l’argent.» Le travail n’est donc pas seulement la santé, mais il peut aussi faire plaisir. Le juriste indépendant que je suis peut donc aussi avoir du plaisir à exercer sa profession. Par ailleurs, le droit est vraiment une vocation. Il doit néanmoins s’occuper d’autres questions en rapport avec le management d’une PME. L’une d’elle est de tenir un site internet pour présenter son cabinet juridique. Et c’est là qu’il découvre un hobby qui peut aussi rapporter (un peu) d’argent. Au lieu de confier la confection de son site internet à une entreprise spécialisée, il le fait lui-même et se spécialise en même temps dans ce domaine. Au fil du temps, il y a plusieurs sites que j’ai fait tout seul, voire en collaborant avec d’entreprises spécialisées. Je vous invite par la présente à faire leur connaissance (il y en a qui ne sont plus tenus à jour suite à leur reprise par d’autres personnes):

André Reymond
André Reymond

Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Julian Fashion
Julian Fashion

Quel est votre avis ? Laissez un commentaire et inscrivez-vous aux informations de nos dernières publications (en haut à droite) !

14/10/2018

Canonisation de saint Paul VI et saint Oscar Romero

Le pape François a procédé aujourd’hui à deux canonisations importantes. Le premier des canonisés est le bienheureux pape Paul VI que nous présentons dans cet article.

Né Giovanni Battista Montini en 1897, il fut pape durant une quinzaine d’années. Il est le pape de l’ouverture du catholicisme aux exigences des temps modernes, en instaurant notamment la langue vernaculaire (le français pour les Suisses romands) dans la liturgie.

Sous son règne, le dialogue interreligieux se développe. Son affirmation que l'Église doit demander pardon pour les offenses qu'elle a commises dans le passé, demande faite par le pape Jean-Paul II, fait de lui un des papes les plus importants du dernier millénaire. Les fidèles catholiques sont donc heureux de cette canonisation qui contribuera largement à l’amplification de tous les progrès apportés par le concile Vatican II.


Quel est votre avis ? Laissez un commentaire !

Le saint pape Paul VI

Le saint pape Paul VI


13/10/2018

La boucle est bouclée (souvenir du 20 avril 2013)

Après avoir participé à écrire la nouvelle constitution, d’abord en tant que chef de groupe, puis comme membre adjoint du bureau de la Constituante, après avoir servi durant 2 ans et demi comme vice-président de la section UDC Ville de Genève, après avoir remplacé le président démissionnaire durant deux semaines, j’ai pu remettre hier soir la présidence et la responsabilité de cette section à mon successeur Eric Bertinat.

Je lui souhaite bon vent, avec sa nouvelle équipe, me range dans les rangs et redeviens un «simple» militant.

Se mettre au vert

Se mettre au vert


12/10/2018

Ecole de rédaction: remise de diplôme à Madeleine Scherb

Je suis infiniment ravie d’avoir enfin terminé mon école de rédaction. Pour moi qui devais envoyer 20 devoirs à corriger à ma tutrice de l’Ecole de rédaction, Sylvie Gobeil, il fallait l’accepter. Je ne pensais pas atteindre cet objectif. C’est l’aboutissement d’un lourd combat entre devoirs et lecture de la documentation fournie par l’école, il faut y donner de son énergie et de son temps. C’est mon cher mari qui a su ce qu’il me fallait en m’inscrivant à ce cours, un beau cadeau qu’il m’a donné, je lui dis merci. Il est si beau, Dieu merci, j’ai réussi mon école de rédaction! Incroyablement heureuse et très à l’aise, je suis satisfaite de l'obtention de mon diplôme. J’ai à nouveau une bonne raison de devenir écrivain, qu’est ce je peux demander de plus, franchement. Je crois bien que j’ai trouvé mon créneau, donner naissance à un livre. C’est une quête que je poursuis.

Et le diplôme:

Le grand saut de l’UDC neuchâteloise grâce à Yvan Perrin (souvenir du 29 avril 2013)

Ils étaient 14 députés durant la législature 2009 à 2013. Dorénavant, l’UDC disposera de 20 sièges sur 115 sièges au total. Ce résultat est largement dû à l’engagement d’Yvan Perrin. Il n’a pas hésité à affronter une campagne de dénigrement qui aurait eu raison de plus d’un.

Yvan Perrin pense aux électeurs et constate aujourd’hui avec satisfaction : « Ils ont su trier le vrai du faux et ont constaté que, dans les débats, j’étais à même de défendre clairement mes idées ». Il envisage sereinement le deuxième tour.

Félicitations et bonne chance pour la suite !

La Place Pury à Neuchâtel

La Place Pury à Neuchâtel


11/10/2018

Les dealers de Genève et l’interdiction de pénétrer la région genevoise

La lutte contre le deal de rue se fait de plus en plus pressante. Il y a une année, la Tribune de Genève lui avait consacré une série d’articles. Elle avait alors mentionné que 300 personnes d’origine africaine (en réalité surtout des Guinéens et Sénégalais) qui s’adonnait à cette sinistre activité. Devant l’ampleur du phénomène et l’apparente inactivité de la police, un «militant d’extrême gauche » (TdG de ce jour), Fernand Melgar, avait exprimé son indignation. Plus récemment, le conseiller national Benoît Genecand avait dénoncé la faillite de la politique sécuritaire du deal de rue.

Sachant que tous ses «petits» dealers sont des millionnaires chez eux (en francs CFA) où ils construisent des immeubles de plusieurs étages, on ne s’étonne pas de la persistance de ce trafic, d’autant plus que nos prisons suisses sont plutôt perçues par eux comme des camps de vacances.

Ce qui étonne cependant est que nous n’entendons pas plus souvent parler d’interdiction de pénétrer la région genevoise. Il s’agit d’un moyen mis à disposition des autorités cantonales par le droit fédéral (art. 74 de la loi sur les étrangers). Cette mesure vise notamment à lutter contre le trafic illégal de stupéfiants. Le Tribunal fédéral a par ailleurs déjà eu l’occasion de dire que la mesure est apte à atteindre l’objectif poursuivi, car elle empêche au délinquant de commettre de nouvelles infractions dans la région zurichoise, en l’occurenc. Elle respecte le principe de la proportionnalité (2C_338/2015).

Pourquoi les autorités genevoises ne l'appliquent-elles pas plus souvent cette interdiction de pénétrer la région genevoise?

Quel est votre avis ? Laissez un commentaire ou participez à la discussion sur notre forum !

Plantation de Haschisch au Maroc

Plantation de Haschisch au Maroc


06/10/2018

Ecole de rédaction: remise du diplôme à Pierre Scherb

Imaginez le plaisir de voir votre travail publié. L'École de rédaction vous enseignera comment écrire de façon créative et comment tirer profit de vos écrits. Vous pouvez réussir comme écrivain. Nous le garantissons !

La page d'accueil de l'Ecole de rédaction

La page d'accueil de l'Ecole de rédaction


Avec une certaine pratique de l’écriture, voire une pratique de l’écriture certaine, mais pas toujours en français, je me suis laissé tenter par cette approche vue sur le site internet de l’Ecole de rédaction canadienne. Ce qui m’a plu avant tout était la relation personnelle développée avec mon «tuteur» en écrivant pour mon plaisir… mon profit.

Vingt leçons plus tard, je peux confirmer que ces affirmations se sont entièrement vérifiées. Ma tutrice n’était personne d’autre que l’auteur Sylvie St-Laurent. Elle ne s’est pas seulement fait un nom au Canada, mais a encore été publiée en France.

Je viens de recevoir mon diplôme. J’en suis très fier, même si l’école a abandonné ses cours en français et ne fonctionne dorénavant qu’en anglais.

Le diplôme de l'Ecole de rédaction

Le diplôme de l'Ecole de rédaction


05/10/2018

Pourquoi la Police municipale de la Ville de Genève ne chasse-t-elle pas les dealers?


La police municipale est chargée de poursuivre les infractions aux art. 115 à 120 de la loi fédérale sur les étrangers. La vente de drogues est une activité lucrative sans autorisation. Beaucoup de vendeurs de drogues ne sont pas autorisés à séjourner en Suisse. La police municipale peut donc les contrôler pour s’assurer qu’ils n’enfreignent pas l’interdiction de pénétrer la région genevoise, interdiction déclarée conforme à la loi par le Tribunal fédéral. Si notre conseiller national Benoît Genecand déclare que la politique de sécurité contre le deal de rue est en faillite, il me semble donc que vous êtes aussi concerné. J’aimerais ainsi savoir ce que la Police municipale fait pour éloigner les 300 dealers installés illégalement à Genève et qui terrorisent ouvertement la population ?

Quel est votre avis ? Laissez un commentaire ou participez à la discussion sur notre forum !

(Conseil municipal: ma question orale du 13 septembre 2016 adressée au magistrat Guillaume Barazzone)

Une petite victime

Une petite victime


02/10/2018

Occupez-vous de la sécurité en Ville, M. Barazzone !

Des femmes passées à tabac, des dealers qui occupent nos parcs ou des mendiants à chaque coin de rue : avec 129,9 infractions au code pénal pour 1000 habitants en 2017, notre municipalité connaît un taux de criminalité supérieur à celui de n’importe quel canton suisse. Plutôt que de s’atteler à reprendre en main la lutte contre la délinquance, le Conseiller administratif en charge du Département de l’environnement urbain et de la sécurité propose d’encourager l’immigration illégale intercontinentale en exigeant que la Confédération accorde un pavillon suisse à l'Aquarius.


En accordant le pavillon suisse à un navire de propriété allemande, destiné au transport de migrants illégaux, affrété par une ONG française et doté d’un équipage étranger, la Suisse mettrait à mal sa neutralité en dictant la politique migratoire d’autres Etats, dont certains ont clairement manifesté leur refus d’accueillir ces migrants illégaux.


Soutenir l’Aquarius reviendrait à provoquer un appel d’air en faveur de l’immigration illégale et de l’exploitation d’êtres humains par les passeurs. Des esclavagistes des temps modernes qui exigent jusqu’à 5'000 euros de leurs victimes qu’ils chargent sur une embarcation de fortune, la conduisent dans les eaux internationales et annoncent par radio un naufrage imminent. L’Aquarius, patrouillant à la limite des eaux territoriales libyennes, refuse de reconduire les migrants africains en Afrique, comme le dit le responsable des recherches et des opérations de secours du bateau: « La Libye n'est toujours pas reconnue comme un pays sûr, donc nous ne reconduirons personne là-bas, sauf si les migrants le décident ».


L’arrivée sur le sol européen est source de déception pour ces migrants, auprès de qui la riche Europe avait été présentée comme un Elodrado. Filant vers les Etats prospères du nord, attirés par une culture de la bienvenue développée par des élites, ces migrants économiques illégaux ne peuvent dans les faits pas prétendre à la qualité de réfugié et finissent déboutés du droit d’asile, errant dans nos parcs à attendre « l’heure du deal ». Pour quelle plus-value en matière de sécurité municipale, M. Barazzone ?

Communiqué de presse UDC-Ville de Genève et MCG Ville de Genève du 2 octobre 2018


Pour tous renseignements :

Pierre Scherb,  chef de groupe UDC
Daniel Sormani, chef de groupe MCG
Eric Bertinat, UDC, président du Conseil municipal
Amar Madani, MCG, membre du Bureau du Conseil municipal

Zéro plus-value en matière de sécurité municipale

Zéro plus-value en matière de sécurité municipale


25/09/2018

Le peuple veut une agriculture indigène autodéterminée

L'échec des deux initiatives agricoles lancées par la gauche n'est pas une surprise. Ces deux projets étaient extrêmes. Pour l'UDC, le double non du souverain est un vote clair et net en faveur de l'agriculture indigène actuelle et d'une production nationale d'aliments de qualité.

L'UDC se réjouit de ce refus clair des deux initiatives. Le peuple ne veut pas de bureaucratie et de prescriptions supplémentaires pour la production et la vente de denrées alimentaires. Les standards en vigueur sont suffisamment élevés. Les votants ont bien compris que ces deux initiatives agricoles avaient pour principal effet d'alourdir la bureaucratie et la réglementation, d'augmenter les prix des aliments et, partant, d'encourager encore plus le tourisme d'achat à l'étranger.

Les règles de l'OMC en vigueur ne permettent pas, par exemple, d'interdire l'importation d'œufs de poules élevées en cage. Le Conseil fédéral et l'association economiesuisse ont donc menacé à plusieurs reprises que l'initiative "Pour des denrées alimentaires saines et produites dans des conditions équitables et écologiques" ne pourrait de toute manière pas être appliquée en raison du droit international. Cette argumentation est inacceptable. Les décisions populaires et les dispositions constitutionnelles qui en découlent sont contraignantes. Ce principe vaut tout particulièrement pour la conception de la politique agricole. Les choix du peuple ne peuvent en aucun cas être éludés sous le prétexte de conventions internationales et d'accords de libre-échange agricole.

Seule l'acceptation de l'initiative populaire pour l'autodétermination le 25 novembre prochain garantit que le peuple et les cantons puissent continuer de fixer définitivement les conditions-cadres de l'agriculture et le mode de production agricole.

Les voies cyclables, qui étaient jusqu'ici de la compétence des cantons et des communes, seront à l'avenir l'affaire de la Confédération. C'est ce que la majorité des votants a décidé. L'UDC prend acte avec regret de ce nouveau progrès de la centralisation. On ose espérer que le trafic routier, déjà largement négligé par la Confédération, ne pâtisse de surcroît de l'application pratique de ce nouveau projet.

(Communiqué de presse UDC du 24.9.2018)

Vignoble en terrasse

Vignoble en terrasse


24/09/2018

Le directeur général Francis Gurry ouvre l’assemblée des Etats membres de l’OMPI

L’assemblée des Etats membres de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) se réunit cette année pour la cinquante-huitième fois. Avant tout, son directeur général Francis Gurry a exprimé sa satisfaction par rapport au grand succès de son organisation. En seulement 20 ans, elle a réussi à augmenter son activité de 200% en moyenne. Pour rappel, la propriété intellectuelle concerne le droit d’auteur, les brevets, les marques, les dessins et modèles industriels et les indications géographiques.

L’OMPI a ainsi inventé et gère au niveau mondial les systèmes internationaux des brevets (PCT), des marques (système de Madrid), des dessins et modèles (système de la Haye), des appellations d’origine (système de Lisbonne) et de dépôt des micro-organisme (système de Budapest).

Francis Gurry fournit son rapport

Francis Gurry fournit son rapport


23/09/2018

La démocratie n’est pas encore morte en Suisse: journée de votation

Ce dimanche 23 septembre 2018, les Suisses sont une fois de plus appelés aux urnes, afin de trancher eux-mêmes une question, ou plutôt trois questions, qui auront une influence sur leur vie.

A Genève, il y a trois possibilités d’exprimer sa volonté. La première est le vote traditionnel en se rendant dans le local de vote de sa commune. Afin de garantir le bon déroulement de cette opération électorale, une équipe composée d’un président de local de vote (comme votre serviteur, par exemple), d’un vice-président de local de vote et d’au minimum quatre jurés vous y attend. Attention à ne pas oublier votre carte d’identité avec votre carte de vote et les bulletins de vote.

La deuxième possibilité est le vote par correspondance jusqu’au jeudi qui précède le scrutin et la troisième le vote par internet jusqu’à samedi à midi.

Une urne du 18e siècle

Une urne du 18e siècle


03/09/2018

Les journées européennes du patrimoine 2018 ou la célébration de la frontière

Le thème aurait pu nous induire en erreur. «Sans frontières» aurait pu être compris comme s’il n’avait pas de frontières ou comme si un état d’inexistence de frontières était souhaitable. Il n’en est rien. Les frontières sont tout simplement indispensables à la civilisation.

Le Conseiller d’Etat Antonio Hodgers l’a bien reconnu au moment de présenter les Journées européennes du patrimoine aux journalistes, dans le magnifique cadre du musée Ariana: «En réalité, les frontières existent. Il aurait donc été préférable d’appeler ses journées Perce-frontières».

Une fois n’est pas coutume, je suis entièrement d’accord avec lui.

Antonio Hodgers et Rémy Pagani

Antonio Hodgers et Rémy Pagani


Le bâtiment de l'ONU vu depuis le dôme du musée Ariana

Le bâtiment de l'ONU vu depuis le dôme du musée Ariana


02/09/2018

Le jardin botanique et les déchets: état des lieux

Au moment où les antispécistes veulent nous faire croire que l’animal est l’égal de l’homme, je suis intrigué par une exposition du Jardin botanique de la Ville de Genève. Il me semble qu’elle traite d’un sujet qui ne concerne que l’homme: la production et le traitement des déchets. Voici ce que l’on y apprend, entre autres:

En Suisse, plus de 1,3 million de tonnes de déchets organiques sont traitées dans 235 installations de compostage ou dans des installations de méthanisation.

En 2013, plus de 21,5 millions de tonnes de déchets ont été produits en Suisse.
Le secteur de la construction génère à lui seul près de 12 millions de tonnes de déchets par an (hors excavations), dont une grande partie est valorisée.
Les déchets urbains viennent en deuxième position avec quelques 700 kg par habitant en 2013.

Si la quantité des déchets ne cesse d’augmenter en Suisse, la gestion et le recyclage de ceux-ci est en constante amélioration: 51% des déchets urbain ont ainsi fait l’objet d’une collecte sélective en 2013, contre 40% en 2000.

⅓ des aliments finissent à la poubelle!


L'exposition sur les déchets et le compost

L'exposition sur les déchets et le compost


L'état de la situation en Suisse

L'état de la situation en Suisse



27/08/2018

Méthodologie étrange au comité intergouvernemental de l’OMPI

Ce matin, le président de session australien Ian Goss a ouvert la trente-septième session du comité intergouvernemental (CIG) de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Ce faisant, il a suivi la méthodologie et le programme établis par ses soins. Fait étrange, les groupes régionaux, l’Union européenne, les pays ayant une position commune et le groupe de travail autochtone étaient invités à présenter des déclarations liminaires d’une durée maximale de trois minutes chacune, s’ils le souhaitaient. Toute autre déclaration liminaire pouvait être remise au secrétariat par écrit en vue de son inclusion dans le rapport.

Ayant assisté à cette conférence en tant que membre de l’ONG camerounaise Health and Environment Program (HEP), j’ai été intrigué par cette façon inique d’exclure certains participants de se faire entendre. Ne soyons pas dupes, l’inclusion dans le rapport ne servant strictement à rien dans la mesure où il ne sera lu que par quelques initiés. La majorité des Etats membres présents ne pourra par contre pas prendre connaissance d'un avis divergent d'un observateur, notamment avec le groupe de travail autochtone par lequel il ne se sent pas représenté. Lazaro Pany Anagua du mouvement indien Tupaj Amaro a réussi à parler tout de même et à faire sa déclaration liminaire. Il a ainsi dénoncé que ce «groupe de travail autochtone» n’était pas représentatif des peuples autochtones. Il a ajouté que plusieurs de ses membres n’avaient jamais rien fait lors des conférences du CIG et qu’ils ne pratiquaient qu’une sorte de tourisme.

HEP n'a pas pu exprimer sa position, en application de ladite méthodologie.

Ian Goss parle

Ian Goss parle


26/08/2018

L’été touche à sa fin à Genève

Après les journées chaudes de l’été, nous vivons un week-end bien plus frais. Tout le monde respire mieux. La stupeur qui nous a empêché de réfléchir calmement et qui nous a poussé à voyager, quid à la montage en recherche de fraîcheur, quid au bord de la mer à la recherche du dolce fare niente, fait place à une nouvelle envie d’explorer le ici et maintenant.

Pour une fois, la douce oisiveté était aussi de mise à Genève, sans l’ambiance de ses fêtes. Les touristes l’ont vite compris et ont boudé notre cité, sauf quelques intrépides qui se sont contentés de faire une croisière sur le lac et peut-être une excursion à Chamonix.

Les drapeaux devant l’ONU ont retrouvé leur place, après avoir été rangés durant une semaine en honneur de feu Kofi Annan. Au jardin botanique, les nénuphars rêvent sur les eaux.


Les drapeaux sont à nouveau hissés

Les drapeaux sont à nouveau hissés


Les nénuphars du jardin botanique

Les nénuphars du jardin botanique


23/08/2018

Oskar Freysinger s’exprime sur l’autodétermination

L’ancien Conseiller d’Etat valaisan est épanoui. Il a enfin le temps d’écrire à sa guise, au lieu de le faire sous pression, comme cela avait été le cas durant de longues années. Il vient ainsi de publier son dix-septième livre intitulé Le côté obscur de la lumière. A cette occasion, il vient de se livrer durant une interview de 25 minutes.

Le journaliste a profité de l’occasion pour connaître sa position par rapport à l’initiative sur l’autodétermination. Oskar Freysinger rappelle que le principe fondateur de la Suisse est l’indépendance. Ce que nous pouvons décider nous-mêmes doit être décidé par nous-mêmes. Les décisions sont alors plus près de notre vécu et plus pragmatiques. On constate que là où il y a une démocratie directe, les impôts sont d’un tiers moins élevés que sous un gouvernement centralisé. Nous avons en Suisse une légitimité donnée par le peuple. Tout à coup, nous devrions nous soumettre à un droit diffus déterminé par des gens qui sont cooptés, sans aucune légitimité politique. Ils sont dans une sorte de vase clos et décident dans l’intérêt de ceux qui les ont nommés et qui les paient.

Le droit international est en plus à géométrie variable. Deux situations semblables sont traitées différemment, par exemple le Kosovo, une province élevée par décision de l’OTAN au statut d’Etat, sans que cela ne pose le moindre problème, et la Crimée où la population a voté l’indépendance, ce que les Américains refusent d'accepter.

Les Allemands pratiquent clairement ce que l’initiative sur l’autodétermination demande, c’est-à-dire que le droit allemand est considéré comme supérieur aux décisions qui viennent de Bruxelles ou de Strasbourg. Ils ont la supériorité de leur Grundgesetz qui n’est même pas une vraie constitution et de leurs lois sur le droit «supérieur». L’Allemagne est membre de l’Union européenne, tandis que nous ne le sommes pas. Pourquoi la Suisse, un Etat souverain, devrait-elle se soumettre à ce diktat franchement discutable?


20/08/2018

Les journées européennes du patrimoine 2018 ou la Versoix fait frontière

Le thème des journées européennes du patrimoine de cette année est «sans frontières». Je ne m’arrête pas ici à la question de la pertinence de ce choix à l’heure où la nécessité d’avoir des frontières (entre cellules, voisins, états) est de plus en plus visible. Le but de cette note est plutôt de m’étonner que même les concepteurs de cette manifestation ne le contestent pas, mais le mettent plutôt en avant.

Le projet N° 20 du canton de Genève est donc consacré à «Sauverny, où la Versoix fait frontière». Le 1er et 2 septembre, la population est ainsi invitée à une promenade le long de la Versoix, à la découverte de son patrimoine.

Extrait du programme: «La Versoix marque la limite entre la France et la Suisse, de Bogis-Bossey à Bossy, et divise le village de Sauverny. C’est au moment du traité de Paris, en 1815, que la rive gauche de la rivière est rattachée à la Suisse. Pour autant la communication entre les deux rives est maintenue d’abord par un pont en bois, puis en maçonnerie, et enfin dès 1960 grâce au pont actuel.»

Comme quoi les frontières sont nécessaires pour maintenir sa propre existence et identité, sans empêcher le contact nécessaire et souhaité.

Sauverny, où la Versoix fait frontière

Sauverny, où la Versoix fait frontière


19/08/2018

Le texte du 18 août: Briser les liens

Briser les chaînes qui me lient à la terre et aux choses matérielles.

Ils seront brisées. Même maintenant déjà, vous recevez une réponse à votre prière. Mais vous ne pouvez être complètement libérés que lorsque vous vivez avec moi de plus en plus.

L'absence de pensée à soi-même résulte d'un processus de substitution. Remplacez chaque revendication de votre moi par Ma demande. Substituez toute pensée de peur ou de ressentiment par une pensée de sécurité en Moi et de joie en étant à Mon service. Toute pensée de limitation ou d'impuissance peut être remplacée par une de puissance d'une vie aidée par l'Esprit.

Faites cela avec persistance. D'abord par un effort délibéré, jusqu'à ce que cette habitude devient presque inconsciente. Les entraves se briseront, et peu à peu vous réaliserez les merveilles de votre liberté.

(Traduit de God at eventide)

Fille avec carte d'anniversaire

Fille avec carte d'anniversaire


15/08/2018

QUAND L’ÉTAT EXP(L)OSE VOTRE POLICE

Pour soutenir mieux notre police, je vous propose à présent un article qui se trouve à l'origine sur le site internet du syndicat de la police judiciaire:


LORSQUE CERTAINS SONT À ABOU DHABI. D’AUTRES SONT JUSTE À BOUT.
Chers lecteurs, chers amis
C’est face à l’adversité et aux difficultés que l’on prend la mesure de la solidarité dont une communauté est capable.
L’un des nôtres a été blessé lors d’une violente agression ce, quelques jours à peine après l’ignoble lynchage de 5 jeunes femmes en plein centre-ville.
Aujourd’hui, vous êtes nombreux à manifester votre indignation et à nous exprimer votre soutien.
Beaucoup dénoncent également les dysfonctionnements manifestes de notre institution, de même qu’une justice trop « molle » à l’égard de ceux qui osent s’en prendre délibérément à vos policiers.
Il semble hélas qu’il faille parfois des victimes pour réveiller la conscience collective, et pour rappeler que NON, vos policiers NE SONT PAS les fonctionnaires trop payés pour ce qu’ils font et “qui ne prennent pas plus de risques qu’une infirmière ou un employé du SCOM” (pour reprendre les termes insultants de notre Magistrat de tutelle Pierre MAUDET lorsqu’il souhaitait s’attaquer à notre indemnité « risque inhérent à la fonction » ou IRIF).
Ces tragédies rappellent cruellement la nécessité d’accorder aux policiers non seulement les moyens nécessaires à l’accomplissement de leurs missions, mais également la reconnaissance et le respect dans lesquels ils pourront quotidiennement puiser force et motivation.
Car s’il y a déjà trop de policiers blessés en service – cela N’EST RIEN en comparaison des risques qui sont pris chaque jour par ces hommes et ces femmes qui se dévouent corps et âmes à votre service.
Sachez en effet que même si vos policiers font tout leur possible pour maintenir l’ordre, pour vous venir en aide et résoudre des enquêtes, des drames sont régulièrement évités de justesse. Vous ne le savez pas, puisque personne ne parle de « non événements ».
S’il n’y a pas plus de policiers blessés voire tués, CELA TIENT DU MIRACLE, compte tenu de ceci :
Vos policiers doivent relever des défis de plus en plus nombreux. Aucune police en Suisse ne doit faire face à la délinquance qui sévit à Genève.
Vos policiers sont confrontés à de nouvelles menaces et à une violence grandissante et omniprésente.
Paradoxalement, les services de police sont cruellement impactés par des sous-effectifs qui compliquent leurs tâches et les exposent dangereusement; au final, c’est VOUS qui faites les frais de ces inadmissibles carences résultant d’une mauvaise politique et d’une gestion catastrophique. Sans compter qu’Après Police-Secours, c’est la Police Judiciaire qui souffrira du manque drastique de personnel, ses effectifs n’étant pas renouvelés.
La formation des nouvelles recrues est en outre lacunaire et inadaptée, voire dangereuse; pourtant, malgré les nombreux cris d’alarme, Pierre Maudet s’entête à vouloir la maintenir.
Sur le terrain, l’encadrement de ces jeunes policiers inexpérimentés est de moins en moins bien assuré.
Pour ne rien arranger, Pierre Maudet ne tient pas ses promesses et aggrave la crise, notamment s’agissant du récent protocole d’accord qu’il ne respecte pas.
Sa politique d’austérité, à l’égard des policiers qui ont pourtant déjà démontré une bonne volonté en consentant des sacrifices, relève davantage de l’acharnement et du mépris, que d’une stratégie d’économie réfléchie
La démotivation, pour ne pas dire le syndrome de castration, gagne inexorablement vos policiers qui sont inlassablement poursuivis et sanctionnés, tant pénalement qu’administrativement, pour avoir voulu vous servir rapidement et efficacement. Avant, ces policiers partaient en intervention en se souciant de leur sécurité, de celle de leurs coéquipiers et bien évidemment de celle des tiers. Aujourd’hui, ils doivent en plus supporter la crainte de procédures et de punitions. C’est beaucoup trop de pression !
Enfin, la confiance ne cesse de s’effilocher entre vos policiers et un Magistrat plus prompt à rappeler aux autres l’éthique qu’à la respecter lui-même – référence faite notamment au cadeau qu’il n’aurait jamais dû accepter, et à ses explications confuses, contradictoires sinon mensongères; les policiers ne se reconnaissent pas dans ces comportements.
Vous l’aurez compris : la rentrée promet d’être brûlante, car plus que jamais, vos policiers en ont ASSEZ. Assez d’être ainsi exposés aux dangers, sans les moyens, ni la reconnaissance, ni la confiance leur permettant de VOUS fournir le service que VOUS êtes en droit de réclamer.
NOUS EN APPELONS DONC À VOTRE SOUTIEN DANS LES CAUSES LÉGITIMES QUE DÉFENDRONT VOS POLICIERS POUR UN MEILLEUR SERVICE À LA POPULATION.
Merci à vous tous.
Canon à eau de la police genevoise

Canon à eau de la police genevoise


13/08/2018

Un Trappiste agresse des policiers et provoque des émeutes

Mais non, rassurez-vous ! Il ne s’agit pas d’un gentil moine vêtu de blanc, brasseur de bière. Ce trappiste-là n’est pas chrétien, mais un musulman habitant Trappes (banlieue de Paris). Selon le procureur de la République de Versailles, Vincent Lesclous, les policiers auraient procédé à un contrôle de sa femme intégralement voilée – vite relâchée – visée par un contrôle d’identité. Son mari s’y était interposé.

Cette version est néanmoins sujette à caution, car contestée par la femme, une Martiniquaise convertie à l’Islam, longtemps placée en foyer pour des problèmes familiaux. Et comme on sait que les musulmans disent toujours la vérité…

J’avais écris ce qui précède en 2013 sur mon blog hébergé par la Tribune de Genève. En faisant une recherche sur internet, afin de mettre un lien sur l’article original, j’apprends que cet événement et ce qui a suivi est maintenant connu en tant que Les émeutes de juillet à Trappe. Je suis aussi informé que le gentil musulman prénommé Mickaël, mari de Cassandra, la femme voilée, avait commis une tentative d’étranglement sur un policier. Son arrestation a servi de prétexte à trois nuits d'émeutes et des séquences sporadiques mais intenses de guérilla urbaine, avec échange de lacrymogènes et de mortiers d'artifice.

Bilan des échauffourées: trois émeutiers condamnés à des peines de six à dix mois de prison, un adolescent gravement blessé, des Abribus détruits et une population durablement marquée.

Participant à une émeute en train de jeter un cocktail Molotov

Participant à une émeute en train de jeter un cocktail Molotov


12/08/2018

Le texte du 12 août: Régnez sur le monde

Rappelez-vous qu'aucune prière ne reste sans réponse. Rappelez-vous qu’au moment où une chose vous semble incorrecte ou les actions d'une personne ne sont pas ce que vous pensez qu'elles devraient être, vous devez prier pour que ces erreurs soient corrigées ou que cette personne soit différente.

Faites face à vos responsabilités. Qu'est-ce qui ne va pas dans votre pays, ses hommes d'État, ses lois, ses habitants? Réfléchissez tranquillement et faites de ces objets vos objets de prière. Vous verrez changer des personnes que vous n’avez jamais vues, des lois faites à votre demande, le mal banni.

Oui! Vivez dans un sens large. Vivez pour servir et sauver. Vous ne pouvez jamais sortir de votre chambre, et vous pouvez pourtant devenir l'une des forces les plus puissantes dans votre pays et dans le monde.

Vous ne verrez peut-être jamais le puissant travail que vous faites, mais je le vois et le mal le voit. Oh! c'est une vie glorieuse, la vie de celui qui sauve. Travaillez avec moi. Voyez cela de plus en plus.

Aimez avec moi et partagez ma Vie.

«Dieu de mes pères, je te glorifie et je te loue de ce que tu m’as donné la sagesse et la force, et de ce que tu m’as fait connaître ce que nous t’avons demandé, de ce que tu nous as révélé le secret du roi.» (Da 2: 23)

(Traduit de God calling)

Jeune femme avec une rose

Jeune femme avec une rose


06/08/2018

Les Genevois ne veulent pas renoncer à l’autodétermination

Le 24 septembre 2017, les Genevois ont accepté une diminution des nombres de signatures requis pour les initiatives et les référendums. Ce renforcement de la démocratie directe était recommandé par l'UDC et a été approuvé par 62% des électeurs. Hélas, il pourrait s’avèrer bien futile si le peuple ne s’oppose pas aussi massivement à l’abrogation de ses prérogatives par le droit international.

Le peuple suisse, dans son immense sagesse, a accepté l’adhésion de la Suisse à la convention européenne des droits de l'homme en 1974. Tout aussi sage, il a refusé l’adhésion à l’espace économique européen en 1992. Il voulait d’une part confirmer le droit suisse tel qu’il avait été développé durant presque 700 ans concernant la protection des droits de l’homme dans un acte de solidarité avec l’Europe qui n’avait, quant à elle, pas été épargnée par des violations massives desdits droits de l’homme. Il a en revanche rejeté le deuxième traité qui aurait sonné la fin de la démocratie directe en Suisse.

Aujourd’hui, force est de constater que la Cour de justice européenne ne se contente plus de juger les violations choquantes des droits de l’homme, mais qu’elle invente de plus en plus de «droits humains» au détriment de l’autodétermination des peuples. Ce ne serait pas grave en soi, tant que le peuple suisse peut librement en décider autrement. Or, le Tribunal fédéral a récemment donné la priorité absolue au «droit international» au détriment du droit national. A remarquer que le droit international n’est pas vraiment un droit, car il n’y a aucun pouvoir qui assure son application. Afin de corriger cette aberration, il est aujourd’hui nécessaire d’exprimer explicitement dans la constitution ce qui était valable jusqu’à ce jugement du Tribunal fédéral, c’est-à-dire le respect du droit international et la primauté du droit national.


Le système politique de la Suisse

Le système politique de la Suisse



05/08/2018

Le texte du 5 août: Moments de besoin

Seigneur, viens vers nous et guéris-nous.

Je suis votre guérisseur, votre joie, votre Seigneur. Vous me demandez, à moi, votre Seigneur, de venir. Ne savez-vous pas que je suis ici? Sans faire du bruit, je m'approche de vous.

Lorsque vous avez besoin de moi, j’arrive.

Si vous connaissez mon amour, si vous connaissez mon désir de vous aider, vous saurez qu’il n’est pas nécessaire de m’implorer dans l’angoisse.

Votre besoin m’appelle.

«Guéris-moi, Eternel, et je serai guéri; Sauve-moi, et je serai sauvé; Car tu es ma gloire.» (Jé 17: 14)

(Traduit de God calling)

Jeune fille jouant au minigolf

30/07/2018

10% des Erythréens qui quittent leur pays arrivent en Suisse

Pourquoi la Suisse, un pays tellement éloigné de l’Erythrée, accueille 10% de tous les Erythréens qui quittent leur pays? C’est d’autant plus étonnant qu’elle se trouve dans l’espace Dublin. Dès lors, elle devrait seulement accepter le demandeur d’asile qui est entré dans l'espace Dublin en entrant en Suisse.

En vérité, il n’y a rien d’étonnant à cela. Des guides pour migrants sont disponibles sur internet. Pour le surplus, les 30’000 Erythréens déjà installés en Suisse n'ont aucun mal à diriger leurs compatriotes vers le pays de cocagne que la Suisse est pour eux, du fait de leur mauvaise intégration professionnelle.

L’Erythrée vient de faire la paix avec l’Ethiopie. Le Tribunal administratif fédéral a déjà confirmé que le renvoi en Erythrée est licite. C’est donc le moment d’en finir avec l’exception Erythrée. La Tribune de Genève fait ainsi état de la volonté du parlement fédéral de débattre une proposition du sénateur Damien Müller (PLR/LU). Il souhaite mieux exploiter la marge de manœuvre existant sur le plan juridique, afin de lever autant d’admissions provisoires que possible.

Une locomotive en Erythrée (2008)

Une locomotive en Erythrée (2008)

© Simon Robinson, 2008

29/07/2018

Le texte du 26 juillet: Oubliez - Pardonnez

Remplissez votre monde d'amour et de rire. Peu importe l'angoisse que vous avez éprouvée.


Oubliez, pardonnez, aimez, et riez.


Traitez tout le monde comme vous me traiterez, avec amour et considération.


Ne laissez pas les autres vous faire changer votre traitement à leur égard.

«Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.» (Col 3.13)

(Traduit de God calling)


Oubliez - Pardonnez

Oubliez - Pardonnez


28/07/2018

Le papier souffre tout et ne rougit de rien

Ce proverbe signifie qu’on écrit tout ce que l’on veut sur du papier. Aujourd’hui, on parle plutôt de Fake news, mais le procédé est le même. Il s’agit d’écrire quelque chose qui ne correspond pas à la réalité ou d’écrire quelque chose d’une certaine manière, dans le but de déformer la réalité.

Ce procédé est très fréquemment utilisé. Prenons par exemple l’initiative pour l’autodétermination. La Suisse est un pionnier de la défense des droits de l’homme. Certes, elle n’a pas inventé la Magna Carta, mais notre ancienne constitution contenait l’art. 4 qui a permis au Tribunal fédéral de développer toute une pratique qui a ensuite été reprise dans la nouvelle constitution. Il est donc patent que nous n’avons pas besoin des états étrangers, souvent des royaumes ou états autrement caractérisés par des tares comme l’instabilité des gouvernements, népotisme, etc., pour nous apprendre les droits de l’homme. Et je ne parle même pas des défauts de l'ONU. Pourtant Amnesty International prétend que l’initiative de l’UDC était dirigée contre les droits de l’homme. Cette allégation est largement reprise par les médias sans aucun avertissement contre ce mensonge.

Au lieu de chercher les Fake News (il y en a, mais pas beaucoup qui ne sont pas immédiatement reconnaissables comme tels), cherchons plutôt à comprendre la réalité derrière les omissions de nos médias.

Ban Ki-moon, l'ancien secrétaire général de l'ONU

Ban Ki-moon, l'ancien secrétaire général de l'ONU


27/07/2018

Abandonnons l’intégration et exigeons l’adaptation des étrangers en Suisse

Un musulman qui ne fait pas de poignée de main à une femme et une musulmane qui ne regarde pas l’homme qui lui a posé une question, sont-ils bien intégrés en Suisse? C’est la question à laquelle deux commissaires de la Commission de naturalisation de Lausanne ont dû répondre récemment. Pour l’heure, nous ne connaissons pas leur réponse, mais le procédé démontre déjà clairement ses limites.

Et comment réagir lorsque les candidats à la naturalisation hindous disent vouloir attaquer nos paysans qui amènent leurs vaches chez le boucher? Pour rappel, un musulman indien vient de se faire lyncher lorsqu'il était en train de convoyer des vaches qu'il venait d'acquérir pour sa famille.

La vraie question est: pourquoi un étranger qui ne fait rien de plus que de s’intégrer en Suisse devrait-il être naturalisé? Nous devrions plutôt exiger qu’il s’adapte d’abord à notre mode de vie, histoire d’éviter les tensions entre populations. A l’heure actuelle, il y a une majorité de Suisses qui veulent vivre en paix, qui ne sont pas racistes et qui soignent la bonne entente avec leurs voisins.

Ne permettons pas que des étrangers installés chez nous deviennent Suisses, qui prônent la guerre, qui sont racistes et qui n’ont qu’à faire de l’avis de leurs voisins. Exigeons qu’ils reprennent nos valeurs avant que nous leur fassions confiance en les acceptant en tant que citoyens à part entière!

Tenue de mariage musulman

Tenue de mariage musulman



26/07/2018

La disparition du Matin et les Fake News

Les médias suisses s’émeuvent de la disparition du journal imprimé Le Matin. Quant à moi, je n’étais pas un de ses lecteurs. Je regrette pourtant la disparition d’un journal qui aurait pu jouer un beau rôle en Suisse romande. Il y a en effet beaucoup d’informations qui vaudraient la peine d’être communiquées.

Je constate cependant que nos journaux préfèrent s’attaquer aux Fake-News qu’ils voient sur internet plutôt que critiquer leur manière d’écrire des articles. Au lieu de nous informer de ce qui se passe dans le monde, ils préfèrent en effet donner un minimum d’informations, tout en nous assénant leurs vues gauchistes. Jamais ils oublient de mentionner «les populistes» qui pensent autrement qu'eux et qui ont bien sûr tout faux. Le lecteur ne l’aurait peut-être pas encore remarqué, mais c’est eux les méchants et s’il se trouve qu’il pense comme eux, il est grand temps qu’il revienne à la raison.

A titre d’exemple, je pense à l’élection contestée de Laurent Gbagbo et l’obligation du journaliste de mentionner dans chaque article de chaque jour que la communauté internationale ne la reconnaissait pas, avec l’omission de mentionner en même temps que la commission électorale ivoirienne, seule compétente en la matière, l’avait bien validée.

Préparons-nous donc à voir encore d’autres journaux disparaître, à moins que la gauche réussisse encore le coup de force d'obliger tout le monde à financer nos désinformateurs professionnels.

Le Matin; les derniers télégrammes de la nuit (1900)

Le Matin; les derniers télégrammes de la nuit (1900)


12/07/2018

Les Erythréens migrés en Suisse peuvent retourner chez eux

L'Ethiopie et l'Erythrée ne sont plus en guerre depuis trois jours. Les deux pays viennent de signer, le 9 juillet, une déclaration conjointe de paix et d’amitié.

La Suisse a accueilli des milliers d'Erythréens et les a généreusement intégrés (permis C immédiatement, puis naturalisation généreuse sans indépendance financière). Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a mis fin à cette pratique debut 2017, en refusant le statut de réfugié à des déserteurs éthiopiens, statut qui, soi dit en passant, ne leur aurait jamais dû être attribué. Le TAF a cependant continué à les admettre provisoirement en Suisse, soit 9'400 personnes en quelques mois seulement. 99% sont des migrants économiques.

La Suisse a pour l'instant commencé à revoir l'admission provisoire de 3'200 d'entre eux. Avec cet accord de paix, il ne fait pas de doute que la majorité de ces migrants pourraient rentrer chez eux. Par ailleurs, ils sont chaudement attendus là-bas, afin de contribuer au développement de leur pays.

La ville de Keren

La ville de Keren

© Simon Robinson, 2008

11/07/2018

Arrêtons la discrimination des travailleurs à partir de 45 ans

Il fut un temps où les Suisses commençaient leur carrière professionnelle dans une entreprise et l'arrêtaient à 65 ans sans avoir changé une seule fois leur employeur. Ce temps est bien révolu et aujourd'hui, il n'est pas rare qu'on se fasse congédier après des dizaines d'années de service à partir de 50 ans.

Ce n'est pas étonnant. Avec l'introduction de la LPP, une inégalité a été introduite dans la loi qui désavantage fortement les personnes à partir de 45 ans et aggrave encore la situation à partir de 55 ans. En effet, tandis que toute personne qui travaille avant son 25ème anniversaire ne paie pas de cotisations LPP, ceux-ci ascendent ensuite à 7% jusqu'à 35 ans, puis 10% jusqu'à 44 ans, 15% jusqu'à 54 ans et finalement 18% entre 55 ans et l'âge de la retraite. Un entrepreneur qui, par définition, doit savoir calculer, a donc un grand problème pour justifier le maintien d'une personne à partir de 45 ans et il lui est quasiment impossible d'en engager quelqu'un dans cette situation.

Une initiative qui demande une unification du taux de cotisation LPP vient d'être lancée. Elle n'est pas portée par un parti. Tout le monde peut donc la signer, afin de changer la raison principale de la difficulté de travailler des personnes de plus de 45 ans.

Travailler après 45 ans?

Travailler après 45 ans?


10/07/2018

De la vertu du chant du cantique suisse

Monsieur Alexandre Lodygensky attire dans la Tribune de Genève de ce jour mon attention sur la relation du chant des hymnes nationaux et des prestations footballistiques.

Il a ainsi observé que les Suédois chantaient à tue-tête, comme s'il en allait de leur vie. Et ce n'était pas seulement les joueurs, tous les joueurs, mais encore les entraîneurs, physios, remplaçants et sûrement aussi le public qui chantaient avec une allégresse partagée.

Quelle différence lorsque la fanfare a entonné le cantique suisse. Monsieur Lodygensky a pu observer nos joueurs bouches cousues, figés, comme absents. Trois d'entre eux, Shaqiri, Xhaka et Lichtsteiner étaient loin de leur enthousiasme à signer l'aigle à deux têtes, et leurs mines laissaient ainsi prédire le pire.

Monsieur Lodygensky ne s'est d'ailleurs pas trompé. Nous connaissons tous le résultat de ce match de foot, à oublier le plus vite possible.

Xherdan Shaqiri

Xherdan Shaqiri