30/08/2015

Célébration d’une défaite: la bataille de Marignan 1515

Comment peut-on célébrer une défaite? Les Suisses seraient-ils donc un peu masochistes? Pas du tout! Je m’explique:


Alors que depuis 1315, les Suisses avaient joué pendant 200 ans le rôle d’une puissance militaire redoutée, ils perdirent le 14 septembre 1515 pour la première fois lamentablement la bataille de Marignan, et ce en dépit des victoires spectaculaires remportées peu de décennies avant contre Charles le Téméraire dans les guerres de Bourgogne et celles remportées sur le roi habsbourgeois Maximilien dans la guerre de Souabe. Cette bataille marque ainsi un tournant dans l’histoire suisse: à partir de là, on comprit que notre pays peut fonctionner comme un petit Etat sans ambitions de conquêtes en politique extérieure. C’est le point de départ de la neutralité suisse.

La défaite s’est donc avérée bénéfique pour la Suisse. Le monument dressé sur le champ de bataille de Marignan porte à raison son inscription: «Ex claude salus» (le salut grâce à la défaite). Il faut parfois des défaites pour mieux comprendre et trouver la bonne voie à suivre. La devise était dorénavant de rester tranquille. Cela ouvrait la voie à la neutralité perpétuelle.

Rappelons-nous donc que la Suisse peut réussir et faire son chemin, à condition de se tenir tranquille dans le concert des nations et d’observer une stricte neutralité.

François Ier chargeant contre les mercenaires Suisses à la bataille de Marignan, 13-14 septembre 1515

François Ier chargeant contre les mercenaires Suisses à la bataille de Marignan, 13-14 septembre 1515


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire