07/11/2018

Cancer du sein : pour une prise en charge intégrale par l’assurance obligatoire des soins

Chaque année en Suisse près de 5500 femmes se voient diagnostiquer un cancer du sein. Après une mastectomie totale ou partielle du sein atteint, la réduction mammaire ne donne parfois pas de résultats propres à rétablir l'intégrité physique et psychique de la patiente, d’où la nécessité de prendre en charge le sein non traité médicalement pour résoudre l'asymétrie. Or, la reconstruction mammaire du sein intact n’est pas prise en charge par l’assurance-maladie. Une résolution du député Thomas Bläsi demande que l’assurance obligatoire des soins prenne en charge le sein non traité médicalement pour résoudre l'asymétrie résultante.

La reconstruction mammaire du sein intact n’est pas prise en charge par l’assurance-maladie. Pour les femmes concernées, il en résulte des souffrances inutiles, qui pèsent sur leur état de santé. Loin d’être simplement esthétique, l’opération de reconstruction a un lien de causalité avec le rétablissement de la patiente.

Aujourd’hui, il existe une inégalité de traitement entre les femmes disposant des ressources suffisantes pour assumer les coûts de la reconstruction mammaire du sein intact et celles dont les ressources les contraignent à renoncer à cette intervention médicale. Or, l’absence de reconstruction mammaire nuit à la reconstruction psychique des femmes atteintes par la maladie et constitue un obstacle pour tourner la page.

Le cancer du sein peut avoir de fortes répercussions sur la vie sociale et professionnelle des femmes. La maladie est aussi à l’origine d’une paupérisation pour les malades et leurs proches. C’est pourquoi, sa prise en charge par l’assurance obligatoire des soins devrait être intégrale et couvrir l’ensemble des prestations essentielles pour les femmes. La résolution déposée ce jour au Grand Conseil demande au Département fédéral de l’intérieur (DFI) d’intégrer dans son ordonnance sur les prestations dans l'assurance obligatoire des soins en cas de maladie (OPAS) l'obligation de prendre en charge le sein non traité médicalement pour résoudre l'asymétrie résultante en permettant le remboursement de l'implant nécessaire, lorsque la réduction mammaire ne donne pas de résultats propres à rétablir l'intégrité physique et psychique de la patiente après une ablation totale ou partielle du sein médicalement indiqué.

(Communiqué de presse de l'UDC Genève du 7 novembre 2018)

Pour tous renseignements :

Thomas Bläsi, député, auteur de la résolution

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale

Quel est votre avis ? Laissez un commentaire et inscrivez-vous aux informations de nos dernières publications (en haut à droite) !

A-t-elle assez de ressources pour assumer tous les coûts?

A-t-elle assez de ressources pour assumer tous les coûts?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire