12/05/2018

Ceux qui ne voulaient pas sauver Luc Barthassat

Dans une brillante analyse, le blogeur Jean-Charles Magnin fait connaître les raisons de la non-réélection de Luc Barthassat. Il le connait de même que sa famille depuis 45 ans et sait donc de quoi il parle.

Pour lui, son insuccès lors de la dernière élection est dû à 6 raisons principales. Il s'agit de l'agacement des élites, du style et de l'hyper-communication, de l'entourage et de la maîtrise des dossiers, des médias, de l'alliance peu fiable et, finalement, du mode d'élection.

J'ajoute une raison supplémentaire qui est pour moi même déterminant. C'est l'absence de volonté de l'entente de gouverner. Le Parti radical, le Parti libéral et le PDC formaient jadis ce que l'on nommaient la droite. Cette droite avait réussi à faire élire sept Conseillers d'Etat en automne 1993. Avec ce gouvernement monocolore, tous les espoirs étaient dorénavant permis. Quatre référendums ont cependant rapidement mis un terme à cet enthousiasme. Le peuple avait ainsi par exemple refusé la privatisation de la Clinique genevoise de Crans-Montana et du Service des automobiles et de la navigation. Avec ces défaites, l'élan était brisé et le gouvernement monocolore fut un échec.

Dorénavant, le PLR et le PDC n'osent plus s'imposer et préfèrent nettement l'élection d'un gouvernement de gauche, avec la participation de trois Conseilers d'Etat de l'entente, histoire de pouvoir imputer la responsabilité de tout échec à la gauche. Ils n'ont pas le courage de se tourner vers leur alié naturel et historique, l'UDC. Hélas, même en fuyant, ils seront toujours tenus comme responsables.

Le Conseiller d'Etat Luc Barthassat

Le Conseiller d'Etat Luc Barthassat


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire