18/08/2021

La Suisse ne doit pas accepter les réfugiés afghans

Avez-vous déjà «constaté cette impression d’étrangeté que l’on ressent dans les rues et les marchés des grandes villes d’Europe ainsi que dans les transports en commun» (abbé Alain Arbez)? Comme si vous vous trouviez ailleurs, pas chez vous, mais plutôt aux Etats-Unis, en Asie, en Afrique. Vous ne vous êtes pas trompés, vous êtes vraiment entourés de plus en plus d'étrangers. Aux Pâquis par exemple, le taux des étrangers se situe à 57%. A cela s'ajoutent les 18% de Genevois qui, pour une grande partie, sont également d'origine étrangère. Il est patent que la capacité d'accueil de la Suisse et de Genève en particulier est arrivée à sa limite.

Tout le monde est évidemment sidéré par ce qui s'est passé en Afghanistan. Nous ne comprenons pas comment Joe Biden a rappelé l'armée américaine à la maison en catastrophe, en laissant sur place tout son matériel militaire valant des milliards de dollars et constituant bien entendu une énorme menace pour la population afghane et le monde entier. Pouvons-nous pour autant accueillir encore plus de réfugiés afghans dont une bonne partie sont des soldats formés par les Américains qui se sont enfuis sans combattre et d'autres des talibans déguisés? Poser la question c'est y répondre.

Je soutiens donc entièrement la position de l'Union Démocratique du Centre. La Suisse doit préserver sa neutralité, apporter son aide sur le terrain et ne pas « importer » d’éventuels islamistes et auteurs de violences.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire