15/12/2017

Budget 2018 ou le deuil des finances publiques saines

« On l’observe depuis plusieurs années : le canton vit structurellement au-dessus de ses moyens ». Ce constat, fait par le Conseil d’Etat lors de son discours de Saint-Pierre en juin 2014, accompagnait l’intention de ce même Conseil d’Etat de « réformer le fonctionnement de l’Etat et maîtriser la dette ». Au lieu de réformer structurellement l’Etat comme promis, le Conseil d’Etat sortant s’est contenté de mesures cosmétiques et de procéder à des transferts de charges. Résultat de cette oisiveté: le projet de budget 2018, issu de l’examen de la Commission des finances, affiche un excédent de charges de plus de 186 millions de francs, soit le plus mauvais exercice de la législature. Le déficit budgétaire prévu pour 2018, dépasse largement les estimations du PFQ 2017-2020 pour 2018 (- 145,4 mio).
Les charges de l’Etat suivent une courbe de croissance en rapport à l’augmentation de notre population non pas linéaire, mais exponentielle ! Tout aussi incompréhensible est la hausse du PIB de 1,6% prévue dans le budget associée à une baisse des recettes fiscales de 72 millions. La politique d’aménagement du territoire, visant à accueillir toujours plus d’habitants ne porterait-elle pas ses fruits ? Enfin, même le tout récent PFQ 2018-2021 ne propose aucune économie structurelle mais de simples propositions de déplacement de charge et de nouveaux impôts et taxes.
L’UDC, responsable vis-à-vis des générations futures, refuse évidemment le budget de la démesure et de l’échec gouvernemental, contrairement à la gauche et à ses vassaux PDC-MCG.
Communiqué de presse UDC du 15 décembre 2017. Pour tous renseignements :
Patrick Lussi, député, rapporteur de minorité
Stéphane Florey, député et candidat au Conseil d’Etat

Stéphane Florey

Stéphane Florey


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire