21/07/2017

Mots d’ordre de l’UDC-Genève pour les votations du 24 septembre 2017


​​
L’UDC-Genève s’est réunie le 3 juillet à Thônex pour décider de ses mots d’ordre pour les votations du 24 septembre prochain. Avant de passer à ces points portés à​ ​son ordre du jour, le comité directeur tient à remercier ses membres pour leur présence constante à​ ​tous ​nos nombreux rendez-vous. En effet, depuis de nombreux mois, nos effectifs sont en constante augmentation et nos réunions (assemblées générales, Cercles de réflexion, séances d’information, etc.) connaissent un succès grandissant qui réjouit toutes celles et tous ceux qui travaillent au développement de notre section cantonale et de nos sections communales.

Votations fédérales


L'arrêté fédéral du 14 mars 2017 sur la sécurité alimentaire (contre-projet direct à l'initiative populaire « Pour la sécurité alimentaire » retirée)
C’est OUI
Suite à l’initiative populaire ” Pour la sécurité alimentaire ”, déposée en 2014 par l’Union suisse des paysans (USP), souhaitant compléter la Constitution par l’ajout d’un nouvel article 104a (Sécurité alimentaire) pour freiner la perte des terres agricoles et mettre en œuvre une stratégie qualité, un contre-projet fut proposé pour préserver les bases de production agricole, notamment les terres. Ce contre-projet impose également à Berne de veiller à une production adaptée aux conditions locales et utiliser les ressources naturelles de manière efficiente. Le Conseil fédéral s’est rallié à ce contre-projet et l’USP a finalement retiré son initiative après le vote final, raison pour laquelle on ne vote que sur l’arrêté fédéral du 14 mars 2017. Pour mémoire, l’UDC a soutenu l’initiative populaire.
Les membres UDC-Genève ont voté très majoritairement OUI à cet arrêté fédéral.
L'arrêté fédéral du 17 mars 2017 sur le financement additionnel de l'AVS par le biais d'un relèvement de la taxe sur la valeur ajoutée
C’est NON
Selon le scénario de référence sur lequel s’appuie le projet, l’AVS aura besoin d’un financement supplémentaire de 8,3 milliards de francs jusqu’en 2030. Les mesures relatives aux prestations et aux cotisations permettent de réduire ce besoin à 7,0 milliards de francs, montant qui pourra être couvert par une augmentation de la TVA. En effet, la TVA est une source de financement qui permet de répartir la charge financière supplémentaire sur l’ensemble de la population et non uniquement sur les actifs. Il est par conséquent prévu de relever progressivement la TVA, de 1,5 point au plus. La première augmentation, proportionnelle, de 1 point, aura lieu dès l’entrée en vigueur de la réforme. Le demi-point restant pourra être mobilisé par le législateur lorsque la situation financière de l’AVS l’exigera.
Pour l’UDC Suisse, « l’AVS est ainsi envoyée dans le mur à charge des jeunes générations. Tout cela coûte en plus fort cher: augmentation des prélèvements sur les salaires et hausse des cotisations AVS, autant de charges qui frappent la population active et l’économie.  Et, pour couronner le tout, une augmentation des impôts de plus de deux milliards de francs par an via la TVA. Néanmoins, l’AVS affichera dès 2035 à nouveau un déficit annuel de 7 milliards de francs. »
La section cantonale de l’UDC partage totalement les critiques de ses conseillers nationaux et dit NON majoritairement à l’arrêté fédéral proposant un relèvement de la TVA.
Loi fédérale du 17 mars 2017 sur la réforme de la prévoyance vieillesse 2020 (sous réserve de l'aboutissement du référendum)
C’est NON
La section cantonale de l’UDC partage totalement les critiques de ses conseillers nationaux et dit NON majoritairement à la loi sur la prévoyance vieillesse 2020. Voir ci-dessus le développement de ce thème.

Votation cantonale


Loi constitutionnelle modifiant la constitution de la République et canton de Genève (Renforçons les droits populaires) (11917), du 24 février 2017. C’est OUI !
​La loi cantonale soumise à votation propose d’abaisser le nombre de signatures nécessaire au dépôt des initiatives et référendums de 1% des titulaires des droits politiques. Ceci dans le but de faciliter l’exercice des droits populaires, compte tenu de la difficulté de récolter les signatures exigées. La proportion d’étrangers résidents dans notre canton rendant cet exercice bien plus compliqué que dans d’autres cantons à l’image de Zurich qui exige 6'000 signature pour une initiative alors que sa population est presque le double de celle de Genève (900'000 habitants). L’UDC a toujours défendu bec et ongles ces instruments de démocratie directe qui permettent au peuple de se prononcer en dernière instance sur un acte étatique. En faciliter l’usage est une bonne chose pour ​la politique ​notre canton.​ 
Les membres de l’UDC-Genève ont décidé de soutenir sans réserve cette loi.

Pour information :
Marc Fuhrmann, président et conseiller municipal
Eric Bertinat, secrétaire général et conseiller municipal


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire