17/11/2017

Politique agricole : Respect du peuple au lieu de visions gouvernementales

Le Conseil fédéral a publié aujourd’hui sa « Vue d’ensemble du développement de la politique agricole ». Au lieu de respecter la décision claire et nette prise par le peuple et les cantons le 24 septembre dernier, le gouvernement met en péril la base existentielle de l’agriculture, donc de la production alimentaire en Suisse, par des projets irréalistes et incompréhensibles d’ouverture des frontières et d’exigences excessives imposées aux familles paysannes.

Le nouvel article 104a de la Constitution fédérale oblige explicitement le Conseil fédéral de garantir l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires. Près de 80% des citoyennes et citoyens qui ont participé à la votation et la totalité des cantons ont adressé ce mandat au Conseil fédéral. Or, on ne trouve nulle trace de cette exigence du souverain dans le document du Conseil fédéral. Le gouvernement rejoint bien plus la rhétorique choquante de la présidente de la Confédération Doris Leuthard lors de l’exposition agricole OLMA. L’unique « vision » que le Conseil fédéral tente depuis des années d’appliquer avec un zèle quasi religieux en politique agricole est la suppression des frontières et l’exposition directe des exploitations agricoles familiales suisses à la production globale de masse, une concurrence à laquelle l’agriculture suisse ne pourra évidemment pas résister. Dans ces conditions, il est évident, comme l’écrit le Conseil fédéral lui-même, que l’approvisionnement de la Suisse dépendra de marchés ouverts. Lorsque la Suisse aura sacrifié toute sa production agricole nationale sur l’autel d’un libre-échange agricole global conformément à la vision fanatique d’une majorité du Conseil fédéral, la Suisse dépendra effectivement de l’étranger pour pouvoir importer la totalité de ses denrées alimentaires.

On atteint le sommet du cynisme lorsque ce même Conseil fédéral exige que l’empreinte écologique de l’économie agricole et alimentaire soit encore être réduite et que les paysans augmentent leurs performances écologiques et fassent des progrès constants en termes de protection de l’environnement. En clair, nous avons un Conseil fédéral et une administration qui considèrent l’agriculture comme un problème écologique et qui n’hésitent pas à la sacrifier pour pouvoir se vanter au niveau international avec la conclusion d’accords de libre-échange agricole et la suppression de la protection contre les importations. Il est évidemment beaucoup plus agréable de manger de la viande brésilienne et de boire du vin argentin avec les fonctionnaires de Mercosur, l’organisation du marché intérieur sud-américain qui couvre 12,8 millions de kilomètres carrés, que d’expliquer à une famille paysanne fribourgeoise comment elle va gagner assez pour vivre ou comment elle doit convaincre ses enfants de reprendre un domaine sans aucune perspective économique.

Dans la perspective de la procédure de consultation sur la Politique agricole 22+ du Conseil fédéral en 2018, l’UDC invite notamment l’Union suisse des paysans de prendre clairement position et de s’engager avec elle de toutes ses forces pour la sauvegarde d’une production agricole minimale en Suisse. Les débats parlementaires de 2019 seront existentiels pour la production alimentaire en Suisse. Il n’est pas nécessaire à cet effet d’ouvrir les frontières ou d’imposer aux paysans des prescriptions écologiques quasi inapplicables; ce qu’il faut, s’est tout simplement améliorer les conditions-cadres de la production nationale. Au lieu de se pavaner sous les projecteurs de conférences ministérielles internationales en Argentine, le Conseil fédéral ferait mieux de s’interroger sur les moyens de faciliter effectivement le travail des agriculteurs suisses afin de réduire leurs coûts de production et d’alléger les charges bureaucratiques. C’est dans ce sens que s’engagera l’UDC.

(Communiqué de presse UDC du 1er novembre 2017)

Un champ de blé


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire