15/08/2018

QUAND L’ÉTAT EXP(L)OSE VOTRE POLICE

Pour soutenir mieux notre police, je vous propose à présent un article qui se trouve à l'origine sur le site internet du syndicat de la police judiciaire:


LORSQUE CERTAINS SONT À ABOU DHABI. D’AUTRES SONT JUSTE À BOUT.
Chers lecteurs, chers amis
C’est face à l’adversité et aux difficultés que l’on prend la mesure de la solidarité dont une communauté est capable.
L’un des nôtres a été blessé lors d’une violente agression ce, quelques jours à peine après l’ignoble lynchage de 5 jeunes femmes en plein centre-ville.
Aujourd’hui, vous êtes nombreux à manifester votre indignation et à nous exprimer votre soutien.
Beaucoup dénoncent également les dysfonctionnements manifestes de notre institution, de même qu’une justice trop « molle » à l’égard de ceux qui osent s’en prendre délibérément à vos policiers.
Il semble hélas qu’il faille parfois des victimes pour réveiller la conscience collective, et pour rappeler que NON, vos policiers NE SONT PAS les fonctionnaires trop payés pour ce qu’ils font et “qui ne prennent pas plus de risques qu’une infirmière ou un employé du SCOM” (pour reprendre les termes insultants de notre Magistrat de tutelle Pierre MAUDET lorsqu’il souhaitait s’attaquer à notre indemnité « risque inhérent à la fonction » ou IRIF).
Ces tragédies rappellent cruellement la nécessité d’accorder aux policiers non seulement les moyens nécessaires à l’accomplissement de leurs missions, mais également la reconnaissance et le respect dans lesquels ils pourront quotidiennement puiser force et motivation.
Car s’il y a déjà trop de policiers blessés en service – cela N’EST RIEN en comparaison des risques qui sont pris chaque jour par ces hommes et ces femmes qui se dévouent corps et âmes à votre service.
Sachez en effet que même si vos policiers font tout leur possible pour maintenir l’ordre, pour vous venir en aide et résoudre des enquêtes, des drames sont régulièrement évités de justesse. Vous ne le savez pas, puisque personne ne parle de « non événements ».
S’il n’y a pas plus de policiers blessés voire tués, CELA TIENT DU MIRACLE, compte tenu de ceci :
Vos policiers doivent relever des défis de plus en plus nombreux. Aucune police en Suisse ne doit faire face à la délinquance qui sévit à Genève.
Vos policiers sont confrontés à de nouvelles menaces et à une violence grandissante et omniprésente.
Paradoxalement, les services de police sont cruellement impactés par des sous-effectifs qui compliquent leurs tâches et les exposent dangereusement; au final, c’est VOUS qui faites les frais de ces inadmissibles carences résultant d’une mauvaise politique et d’une gestion catastrophique. Sans compter qu’Après Police-Secours, c’est la Police Judiciaire qui souffrira du manque drastique de personnel, ses effectifs n’étant pas renouvelés.
La formation des nouvelles recrues est en outre lacunaire et inadaptée, voire dangereuse; pourtant, malgré les nombreux cris d’alarme, Pierre Maudet s’entête à vouloir la maintenir.
Sur le terrain, l’encadrement de ces jeunes policiers inexpérimentés est de moins en moins bien assuré.
Pour ne rien arranger, Pierre Maudet ne tient pas ses promesses et aggrave la crise, notamment s’agissant du récent protocole d’accord qu’il ne respecte pas.
Sa politique d’austérité, à l’égard des policiers qui ont pourtant déjà démontré une bonne volonté en consentant des sacrifices, relève davantage de l’acharnement et du mépris, que d’une stratégie d’économie réfléchie
La démotivation, pour ne pas dire le syndrome de castration, gagne inexorablement vos policiers qui sont inlassablement poursuivis et sanctionnés, tant pénalement qu’administrativement, pour avoir voulu vous servir rapidement et efficacement. Avant, ces policiers partaient en intervention en se souciant de leur sécurité, de celle de leurs coéquipiers et bien évidemment de celle des tiers. Aujourd’hui, ils doivent en plus supporter la crainte de procédures et de punitions. C’est beaucoup trop de pression !
Enfin, la confiance ne cesse de s’effilocher entre vos policiers et un Magistrat plus prompt à rappeler aux autres l’éthique qu’à la respecter lui-même – référence faite notamment au cadeau qu’il n’aurait jamais dû accepter, et à ses explications confuses, contradictoires sinon mensongères; les policiers ne se reconnaissent pas dans ces comportements.
Vous l’aurez compris : la rentrée promet d’être brûlante, car plus que jamais, vos policiers en ont ASSEZ. Assez d’être ainsi exposés aux dangers, sans les moyens, ni la reconnaissance, ni la confiance leur permettant de VOUS fournir le service que VOUS êtes en droit de réclamer.
NOUS EN APPELONS DONC À VOTRE SOUTIEN DANS LES CAUSES LÉGITIMES QUE DÉFENDRONT VOS POLICIERS POUR UN MEILLEUR SERVICE À LA POPULATION.
Merci à vous tous.
Canon à eau de la police genevoise

Canon à eau de la police genevoise


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire