24/04/2021

Les morts, les effets secondaires et les conséquences graves des vaccins

Pr. Didier Raoult: « Il y a 70% d’effets secondaires avec le Vaccin Pfizer, deux fois à trois plus que le vaccin contre la grippe »

Dans sa dernière vidéo, mise en ligne le 20 avril 2021, le bon professeur Didier Raoult que le monde entier vous envie – il est la plus grande autorité au monde, et personne, en France, ne lui arrive à la cheville, ce qui doit lui attirer la jalousie des enragés – tient des propos assez nuancés sur les vaccins, tout en faisant une mise en garde importante :

« Le vaccin a plus d’inconvénients qu’on se le disait, il y a un travail qui vient de sortir dans « Nature » justement où il y a 70% d’effets secondaires avec le Vaccin Pfizer… alors qu’on avait jamais vu ça avec un vaccin ! C’est 2 à 3 fois plus que le vaccin contre la grippe ! Il a des effets secondaires, ça, c’est une chose… 2°) il y a quelques effets mortels… »

Plus d’effets secondaires avec le Moderna qu’avec le Pfizer

Selon une nouvelle étude (1) publiée le 7 avril, les personnes qui ont pris le vaccin Moderna signalent davantage d’effets secondaires que celles qui ont reçu une dose de Pfizer.

À partir des données de plus de trois millions de personnes ayant reçu le vaccin, recueillies auprès des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), il a été déterminé que près de 70 % des personnes étudiées ont signalé des effets secondaires mineurs tels que de la fatigue ou des frissons. Et que les personnes touchées étaient plus nombreuses à avoir reçu le vaccin Moderna que le vaccin Pfizer.

Selon l’étude :

  • 73 % des personnes ayant reçu le vaccin Moderna ont déclaré avoir eu une réaction au site d’injection, alors que 65 % des personnes ayant eu un effet secondaire avaient reçu une dose Pfizer.
  • Près de 51 % des personnes ayant reçu Moderna ont déclaré avoir ressenti des symptômes sur l’ensemble du corps, contre 48 % des personnes ayant reçu la dose Pfizer.
  • Près de 51 % des personnes ayant reçu le Moderna ont présenté des symptômes corporels complets, tandis que 48 % des personnes ayant reçu la dose Pfizer ont fait état de réactions similaires.
  • Près de 82 % des personnes ayant reçu leur deuxième vaccin Moderna ont ressenti une douleur au point d’injection, contre moins de 69 % des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer.
  • Au total, 74 % des personnes ayant reçu Moderna ont déclaré avoir ressenti des symptômes sur l’ensemble du corps, contre 64 % des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer.

« Un pourcentage plus élevé de participants ayant reçu le vaccin Moderna, par rapport au vaccin Pfizer-BioNTech, a signalé une réactogénicité ; cette tendance était plus prononcée après la deuxième dose », ont déclaré les chercheurs.

Le rapport comprend les données de plus de 3,6 millions de personnes qui ont reçu au moins une dose de COVID-19 avant le dimanche 21 février et qui ont répondu dans les sept jours à une enquête de santé sur v-safe, un programme des CDC qui suit les réactions aux vaccins.

L’étude a été publiée dans la revue médicale JAMA et peut être consultée ici (1).

Pfizer : Six cas de zona signalés lors des dernières recherches

Une équipe de recherche médicale du centre médical Sourasky de Tel Aviv et du centre médical Carmel de Haïfa, en Israël, a constaté (2) que les personnes souffrant de certains problèmes de santé sous-jacents étaient plus susceptibles de développer une éruption cutanée – un zona.

Le Dr Victoria Furer, rhumatologue participant à l’étude, a déclaré :

« Nous pouvons dire que [le vaccin Pfizer] pourrait être un élément déclencheur chez certains patients ».

  • L’essai portait sur 590 patients ayant reçu le vaccin Pfizer Covid.
  • 491 souffraient de maladies rhumatismales inflammatoires auto-immunes.
  • Les 99 personnes restantes étaient considérées comme des « témoins », c’est-à-dire qu’elles ne souffraient d’aucune maladie auto-immune.
  • 6 des 491 personnes ont développé un zona.
  • 5 personnes ont contracté le zona après la première dose de Pfizer, tandis qu’une autre a développé l’infection après la dose finale.
  • Aucune personne du groupe témoin n’a développé de zona.

Le Dr Furer a suggéré qu' »il existe une certaine association » entre le fait de développer un zona après le vaccin Pfizer et le fait d’être immunodéprimé.

« Une étude de plus grande envergure est nécessaire pour confirmer les résultats », explique le le Dr Furer, qui souhaite cependant « que les gens soient conscients du risque ».

Il suggère de se faire vacciner contre le zona avant de se faire vacciner par Covid.

Qu’est-ce que le zona ?

  • Le zona est une infection, due au même virus herpes zoster que celui de la varicelle, qui provoque une éruption cutanée douloureuse.
  • Les premiers signes d’alerte du zona comprennent une « sensation de picotement ou de douleur » sur une zone de la peau.
  • Un autre indicateur précoce de l’infection est un mal de tête et une sensation générale de malaise.
  • Le signe révélateur du zona est une éruption cutanée, qui se développe quelques jours plus tard.
  • Le zona peut également rendre vos yeux rouges et douloureux ; il peut affecter votre vue ou votre ouïe, ou vous empêcher de bouger un côté de votre visage.
  • La guérison de l’éruption peut prendre jusqu’à un mois, mais la douleur peut persister plus longtemps.

Détail des 6 cas

  1. Le cas 1 est une femme de 56 ans ayant de longs antécédents de polyarthrite rhumatoïde séropositive qui avait reçu divers produits biologiques et avait atteint une faible activité de la maladie avec le tofacitinib (Xeljanz) à partir de 2014. Elle avait des antécédents de varicelle et n’avait pas reçu le vaccin contre le zona.
    Après la première dose du vaccin, elle a signalé un malaise et des maux de tête, et 4 jours après la piqûre, elle a développé une douleur sévère dans l’œil gauche et le front, ainsi qu’une éruption cutanée le long de la distribution de la division ophtalmique du nerf crânien V – herpès zoster ophtalmique. L’examen oculaire a révélé une conjonctivite hyperémique épargnant la cornée. Elle a reçu un traitement de 2 semaines d’acyclovir et d’analgésiques, et les symptômes ont progressivement disparu après 6 semaines. Le tofacitinib a été retiré pendant 2 semaines, mais elle n’a pas connu de poussée d’arthrite. Elle a refusé la deuxième dose.
  2. Le cas 2 est une femme de 44 ans atteinte du syndrome de Sjögren qui était traitée par hydroxychloroquine. Elle avait des antécédents de varicelle et n’avait pas reçu de vaccin contre le zona. Trois jours après la première dose du vaccin, elle a développé une éruption cutanée vésiculaire avec prurit, ainsi que des douleurs lombaires et des maux de tête. Les symptômes ont disparu spontanément dans les 3 semaines suivantes sans traitement, et elle a reçu la deuxième dose 4 semaines après la première.
  3. Le cas 3 était une femme de 59 ans atteinte de polyarthrite rhumatoïde séropositive qui n’avait pas répondu à plusieurs traitements biologiques et au baricitinib (Olumiant), mais 6 mois plus tôt, elle avait commencé un traitement par upadacitinib (Rinvoq) plus prednisone 5 mg/jour et avait obtenu une réponse partielle. Elle avait des antécédents de varicelle et avait reçu le vaccin vivant atténué contre le zona en 2019.
    Deux jours après avoir reçu la deuxième dose du vaccin COVID, elle a signalé des douleurs et a présenté une éruption cutanée vésiculaire sur le bas-ventre, la région inguinale, la fesse et la cuisse, et a reçu du valacyclovir. L’antiviral a été administré pendant 3 jours mais a été interrompu en raison d’effets indésirables, et les lésions cutanées ont guéri lentement sur une période de 6 semaines.
    L’upadacitinib avait été interrompu lors de l’éruption zostérienne et elle a connu une grave poussée de polyarthrite rhumatoïde affectant plusieurs articulations, et son traitement contre l’arthrite a ensuite été remplacé par l’étanercept (Enbrel).
  4. Le cas 4 est une femme de 36 ans ayant de longs antécédents de polyarthrite rhumatoïde séropositive et de pneumopathie interstitielle. Au cours des deux années précédentes, elle avait été traitée par rituximab (Rituxan), mycophénolate mofétil (CellCept) et prednisone à des doses de 7 mg/jour. Elle avait des antécédents de varicelle et n’avait pas reçu le vaccin contre le zona.
    Dix jours après avoir reçu la première dose du vaccin COVID-19, elle a signalé des douleurs et une éruption vésiculaire sur l’abdomen et le dos le long du dermatome T10, et a reçu de l’acyclovir pendant 7 jours. L’éruption s’est résorbée en 6 semaines et elle a reçu la deuxième dose du vaccin 4 semaines après la première. Elle n’a pas eu d’autres effets indésirables du vaccin et n’a pas connu de poussée de maladie rhumatismale.
  5. Le cas 5 est une femme de 38 ans souffrant d’une maladie du tissu conjonctif indifférenciée et du syndrome des antiphospholipides, qui était traitée par aspirine et hydroxychloroquine. Elle avait déjà été exposée à la varicelle et n’avait pas reçu le vaccin contre le zona.
    Deux semaines après avoir reçu la première dose du vaccin COVID-19, elle a développé une éruption vésiculaire prurigineuse sur le sein droit, et a reçu un traitement d’une semaine à l’acyclovir. Ses symptômes de zona se sont résorbés en trois semaines et elle a reçu la deuxième dose du vaccin selon le calendrier prévu, sans autre effet secondaire ni poussée de la maladie.
  6. Le cas 6 est une femme de 61 ans ayant de longs antécédents de polyarthrite rhumatoïde séropositive, qui était traitée par tocilizumab (Actemra) et prednisone 5 mg/jour au moment de la première dose du vaccin. Deux semaines plus tard, une éruption cutanée est apparue le long du dermatome T6, et elle a reçu du valacyclovir pendant une semaine, ce qui a entraîné la résolution des symptômes du zona en 10 jours.
    Cependant, elle a signalé une légère poussée d’arthrite et la dose de prednisone a été augmentée à 7,5 mg/jour. La deuxième dose a été administrée sans incident comme prévu.

Réactions généralisées contre réaction locale

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la plupart (77,4 %) des personnes faisant partie d’un échantillon ayant reçu le vaccin Pfizer/BioNTech Covid-19 mRNA ont signalé au moins un type de réaction généralisée dans les sept jours suivant la vaccination (3).

Une réaction généralisée est différente d’une réaction locale.

  • Une réaction locale est un symptôme près du site d’injection, qu’il s’agisse d’une douleur, d’une rougeur ou d’un gonflement.
    • Plus de 80 % des personnes âgées de 18 à 55 ans et plus de 70 % des personnes âgées de plus de 55 ans ont présenté un certain type de douleur légère à modérée au point d’injection.
  • En revanche, une réaction généralisée est toute réaction qui va au-delà du site d’injection, qui affecte différentes parties de votre corps, voire votre corps tout entier.
    • Ainsi, parmi les personnes de 55 ans et plus de l’échantillon, 1,4 % avaient de la fièvre, 34,1 % de la fatigue, 25,2 % un mal de tête, 6,3 % des frissons, 8,2 % de la diarrhée, 13,9 % des douleurs musculaires et 8,6 % des douleurs articulaires.
    • Ces chiffres étaient plus élevés chez les personnes âgées de 18 à 55 ans : 3,7 % ont eu de la fièvre, 47,4 % de la fatigue, 41,9 % des maux de tête, 14,0 % des frissons, 1,2 % des vomissements, 11,1 % de la diarrhée, 21,3 % des douleurs musculaires et 11,0 % des douleurs articulaires.

AstraZeneca contre Pfizer : Comparaison des effets secondaires

Début avril, il a été conseillé aux Australiens de moins de 50 ans de préférer, dans la mesure du possible, le vaccin Pfizer au vaccin AstraZeneca, en raison d’un « risque rare mais grave » de caillots sanguins.

Toutefois, le Premier ministre Scott Morrison a souligné qu' »en fin de compte, le choix appartient à chaque Australien et à son médecin » et qu’il n’y avait « pas d’interdiction » du vaccin d’AstraZeneca, mais simplement une « préférence ».

Dans une enquête menée par AusVaxSafety auprès de 165 209 Australiens qui ont reçu un vaccin (4) :

  • un peu plus de la moitié ont déclaré avoir subi un « événement indésirable ».
  • 1,6 % d’entre eux ont déclaré avoir consulté un médecin ou le service des urgences.
  • Les effets secondaires les plus courants étaient la fatigue, les maux de tête, les douleurs au point d’injection et les douleurs musculaires ou corporelles, et ils étaient « généralement légers et de courte durée ».
  • Sur 57 280 personnes ayant reçu une première dose du vaccin AstraZeneca, 64,6 % ont déclaré avoir subi un effet indésirable, 23,4 % ont déclaré avoir manqué au travail, interrompu leurs études ou les tâches habituelles pendant une courte période – moins d’un jour dans la plupart des cas – et 1,6 % ont consulté un médecin ou un service d’urgence.
  • Sur les 76 743 personnes qui ont reçu une première dose du vaccin Pfizer, 36,3 % ont signalé un événement indésirable, 4,5 % ont dû s’absenter de leur travail, de leurs études ou de leurs autres fonctions – dans la plupart des cas, pour moins d’une journée. 0,6 % des personnes a dû se rendre chez un médecin ou aux urgences.
  • Après la deuxième dose du vaccin Pfizer, 60,2 % des personnes ont signalé un événement indésirable, 21,7 % ont annulé leurs activités quotidiennes, et 1,9 % ont consulté un médecin.
  • Les informations concernant la deuxième dose du vaccin AstraZeneca n’étaient pas disponibles.

Les participants à l’enquête ont également signalé une légère différence dans la nature des effets secondaires :

  • Après la première dose du vaccin AstraZeneca, les plus fréquents étaient la fatigue (51,5 %), les maux de tête (44,8 %) et les douleurs musculaires ou corporelles (42,3 %).
  • Après la première dose du vaccin Pfizer, les symptômes les plus fréquents étaient les suivants : douleur au point d’injection (29,6 %), fatigue (18,8 %) et maux de tête (14,2 %).
  • Les essais cliniques pour les deux vaccins montrent que les réactions indésirables sont généralement plus légères et moins fréquentes chez les personnes âgées de plus de 55 ans pour AstraZeneca et de 65 ans pour Pfizer.

Qu’en est-il des caillots sanguins ?

Des rares cas de caillots sanguins associés à un faible taux de plaquettes sanguines (thrombocytopénie) ont été signalés chez des personnes ayant pris le vaccin AstraZeneca dans plusieurs pays.

  • L’Australie n’a connu qu’un seul cas : un homme de 44 ans de Melbourne, qui a reçu le vaccin le 22 mars, a présenté la semaine dernière des caillots abdominaux et un faible taux de plaquettes.
  • La France a vu 9 nouveaux cas de thromboses de localisation atypique et 2 cas de coagulations intravasculaires disséminées (CIVD) isolées jusqu’au 16 avril, portant le total à 23 cas depuis le début de la vaccination, dont 8 décès.
  • L’autorité britannique de réglementation des médicaments a déclaré avoir trouvé 79 cas de coagulation sanguine associés à un faible taux de plaquettes dans le sang après une première dose du vaccin – 51 femmes et 28 hommes.
    • 44 de ces cas étaient des TVC avec thrombocytopénie,
    • 35 des thromboses dans d’autres veines principales avec thrombocytopénie,
    • 19 des cas ayant entraîné le décès, dont trois de moins de 30 ans.

Le professeur Paul Kelly, conseiller du gouvernement australien, médecin de santé publique et épidémiologiste, a averti que la coagulation « est grave et qu’elle peut entraîner un taux de mortalité de 25 % lorsqu’elle se produit ».

Il a expliqué que les symptômes à surveiller sont les suivants : essoufflement, douleurs thoraciques ou abdominales persistantes, gonflement des jambes, vision trouble, confusion ou crises d’épilepsie, éruption cutanée inexpliquée ou ecchymoses au-delà du site d’injection.

Morts après avoir reçu le vaccin

  • Le 14 mars, le JDD publie l’information suivante (7) : « Les décès déclarés après un acte de vaccination sont au nombre de 255 décès et quasiment tous (251) concernent le produit de Pfizer. Mais l’ANSM précise que « les données actuelles ne permettent pas de conclure qu’ils sont liés à la vaccination ».
  • Le 6 mars, The Epoch Times a rapporté que 966 personnes étaient décédées après avoir reçu les vaccins Pfizer ou Moderna COVID. L’article dit avoir tiré les données des rapports du VAERS entre le 14 décembre 2020 et le 19 février 2021.
  • Parce que Newsweek dit que Epoch Times est d’extrême droite (il ne l’est pas), ils ont décidé de fact checker l’information (Les médias de gauche épient ceux de droite, rarement ceux de gauche). Voici ce qu’ils écrivent (7) :

« En utilisant WONDER, l’outil de recherche de la base de données VAERS des CDC, Newsweek a rassemblé les données sur les décès survenus après un vaccin COVID de Moderna ou Pfizer.

Notre résultat VAERS a montré que 970 personnes sont décédées après avoir reçu une injection de vaccin Pfizer ou Moderna. Parmi ces décès, 495 sont survenus après une injection de Moderna, et 475 après une injection de Pfizer.

Notre conclusion [sur ce qu’écrit The Epoch Time] : c’est principalement vrai.

https://www.newsweek.com/covid-vaccine-deaths-cause-pfizer-moderna-fact-check-966-died-1574447

Newsweek ajoute :

Cependant, il est faux de dire que les vaccins COVID ont causé 966 décès, car la base de données VAERS n’est pas conçue pour donner cette information. Par exemple, dans l’ensemble de données publié par The Epoch Times, l’une des personnes décédées après avoir reçu un vaccin avait également été blessée dans un accident de voiture entre le moment où elle a été vaccinée et la date de son décès, mais le cas était toujours inclus dans l’ensemble de données.

  • En Norvège, 23 personnes sont mortes dans les jours qui ont suivi leur première dose de vaccin, indique un rapport publié le 15 janvier dernier (9). 13 de ces morts — tous en maison de retraite — sont apparemment liées aux effets secondaires du vaccin, d’après les autorités médicales locales.
  • En Grande Bretagne, Luke Garrett, 20 ans, a été victime d’une crise mortelle provoquée par une hausse soudaine de sa température à son domicile de Tarbolton, dans le sud de l’Ayrshire, moins de 12 heures après avoir reçu le vaccin Pfizer (10).

    M. Garrett était atteint de dystrophie musculaire et bénéficiait d’un bouclier de protection depuis environ un an. Sa mère a expliqué que :

Tout son corps souffrait horriblement, il avait une température très élevée. Habituellement, avec son état, ses jambes pouvaient être douloureuses, mais là, c’était différent. Avant sa mort, le bras dans lequel il a reçu l’injection était vraiment douloureux. Il a ensuite eu une crise d’épilepsie, ce qui n’était jamais arrivé auparavant. Il a commencé à faire des crises et de la mousse est sortie de sa bouche.

Cas de réactions graves

Les réactions indésirables graves ont été définies ainsi : tout événement médical ayant entraîné la mort, mis en danger le pronostic vital, nécessité une hospitalisation ou la prolongation d’une hospitalisation existante, ou entraînée une invalidité/incapacité persistante.

  • Les proportions de participants (5) ayant signalé au moins un événement indésirable grave étaient de 0,6 % dans le groupe vacciné et de 0,5 % dans le groupe placebo.
  • Les événements indésirables graves les plus fréquents dans le groupe vacciné, qui étaient numériquement plus élevés que dans le groupe placebo, étaient :
    • l’appendicite (7 dans le groupe vacciné contre 2 dans le groupe placebo),
    • l’infarctus aigu du myocarde (3 contre 0)
    • et l’accident vasculaire cérébral (3 contre 1).
  • Les événements indésirables graves d’origine cardiovasculaire étaient équilibrés entre les groupes vaccin et placebo.
  • Deux événements indésirables graves ont été considérés par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis comme pouvant être liés au vaccin :
    • une blessure à l’épaule pouvant être liée à l’administration du vaccin ou au vaccin lui-même, et
    • une lymphadénopathie touchant l’aisselle controlatérale au site d’injection du vaccin.
    • Autrement, l’occurrence des événements indésirables graves impliquant des classes de systèmes d’organes et des termes préférés spécifiques était équilibrée entre les groupes vaccins et placebo.

France : les effets secondaires graves

Au vaccin AstraZeneca

  • Polyradiculonévrite aiguë (dont syndrome de Guillain-Barré) : 3 nouveaux cas ont été observés pour un total de 5 cas depuis le début de la vaccination. Ces atteintes sont apparues entre 3 et 24 jours après la vaccination. Toutes les personnes sont en cours de rétablissement.
  • Paralysie faciale : 5 nouveaux cas de paralysie faciale ont été observés pour un total de 15 cas depuis le début de la vaccination.
  • 9 nouveaux cas de thromboses de localisation atypiques et 2 cas de coagulations intravasculaires disséminées (CIVD) isolées ont été analysés, portant le total à 23 cas depuis le début de la vaccination, dont 8 décès. Parmi ces cas, il est observé 21 cas associés à des thromboses veineuses cérébrales et/ou des thromboses splanchniques et 2 cas de CIVD isolée.

Au vaccin Johnson&Johnson

Le 13 avril, les Etats-Unis ont annoncé suspendre temporairement le vaccin Janssen suite à la survenue de 6 cas graves de thromboses, dont 1 décès. Il a été autorisé par l’Agence européenne du médicament le 11 mars.

Au vaccin Pfizer

  • Au total, plus de 9 889 000 injections ont été réalisées au 8 avril 2021.
  • 14 350 cas d’effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Bordeaux et Marseille).
  • La majorité des effets indésirables sont attendus et non graves.
  • Il n’y a pas eu de nouveau signal confirmé durant cette période.
  • Evénements sous surveillance : zona, troubles du rythme cardiaque, thrombopénie/thrombopénie immunologique/hématomes spontanés, déséquilibre diabétique dans des contextes de réactogénicité, échecs vaccinaux, syndromes de Guillain-Barré.
  • Evénements confirmés : hypertension artérielle.

Au vaccin Moderna

  • En France, du 19 janvier 2021 au 8 avril 2021, 869 cas d’effets indésirables au vaccin Moderna ont été recensés. Il y a eu :
    • 30 cas de troubles vasculaires de type d’hypertension artérielle
    • 13 cas de troubles du rythme
    • 22 cas de zona
    • 38 cas graves de type réactogénicité (malaise, syndrome grippal) après injection de la deuxième dose.
    • 18 cas graves d’événements thromboemboliques. Il s’agit de 9 cas de thromboses (3 embolies pulmonaires, 5 thromboses veineuses et 1 thrombose artérielle) et 9 cas d’accident vasculaire ischémique.
France au 8 avril 2021Nombre d’injectionsCas d’effets indésirables% d’effets indésirables% de cas graves parmi les effets indésirables
Pfizer-BioNTech9 889 00014 3500.15%23%
Moderna994 0008690.09%20%
AstraZeneca2 725 08910 4220.38%24%
Ensemble des vaccins (plus de 13,6 millions de doses injectées)13 610 00025 6410.20%24%
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2686947-effet-secondaire-vaccin-covid-france-nouveau-liste-pfizer-moderna-astrazeneca-grave-injection-pourcentage/

Luxembourg – trois décès suspects

  • Trois décès pourraient être liés aux suites de la vaccination contre le Covid-19, a reconnu la ministre de la Santé Paulette Lenert (6).
  • Ces personnes décédées, une femme et deux hommes, étaient âgées – entre 75 et 94 ans. Des investigations sont en cours, au moins une autopsie a été demandée afin de déterminer s’il existe un lien direct avec la vaccination. Dans un des cas, une des victimes a souffert d’une thrombose.
  • 13 personnes ont dû être hospitalisées suite à des effets secondaires conséquents, dont 7 pour des thromboses.
  • 3 autres personnes ont aussi un temps été dans un état extrêmement grave, entre la vie et la mort.
  • Mardi 20 avril au soir, près de 170.000 doses de différents vaccins avaient été utilisées au Luxembourg.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gally pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire