15/02/2018

Papyrus : un affront aux Genevois évincés du marché de l’emploi !

Lancée il y a presque une année, l’opération Papyrus est une véritable amnistie globale pour des étrangers sans-papiers. Ses effets et ses coûts n’ont pas été débattus, ni même suffisamment étudiés. L’UDC dénonce l’irresponsabilité de la majorité de la Commission de l’économie vis-à-vis des Genevois évincés du marché de l’emploi tant par les frontaliers que par les clandestins.

Papyrus : l’illégalité récompensée !

Avec Papyrus, Genève a commencé à accorder des autorisations de séjour à un grand nombre d'étrangers séjournant illégalement dans le canton. Sous le prétexte de l’accueil humanitaire, Papyrus prévoit la régularisation d'un nombre indéterminé de migrants sans-papiers. A Genève, le nombre de personnes sans statut est estimé à 13'000 et notre canton connaitrait le taux de personnes en séjour illégal par habitant le plus élevé de Suisse. Il est probable que le nombre réel de personnes sans statut dépasse toutes les estimations, personne n’étant en mesure de chiffrer précisément le nombre de clandestins, y compris les instigateurs du projet Papyrus.
 

Appel d’air et augmentation du nombre de clandestins

Sans contrôles aux frontières, d’autres personnes seront attirées par la perspective d’un meilleur avenir à Genève. Les clandestins régularisés seront, pour certains, attirés par des emplois mieux rémunérés ou par l’aide sociale et, de ce fait, seront remplacés par une nouvelle vague de sans-papiers. Il faut aussi mentionner que le Conseil d’Etat a publiquement déclaré que « la priorité n’est pas la chasse aux clandestins, particulièrement de l’économie domestique » ! Toutes les régularisations ont entraîné un appel d’air. L’Espagne avait régularisé 700 000 sans-papiers en 2005. L’année suivante, l’immigration illégale avait massivement augmenté !
 

Papyrus s’étend au-delà des sans-papiers : le Conseil d’Etat pris à son propre piège !

Avec Papyrus, le canton de Genève entendait s’adresser exclusivement aux étrangers sans-papiers. Raté : Papyrus déploie ses effets au-delà de ce cercle de personnes. Des étrangers ne relevant pas de Papyrus pour l’office cantonal de la population et des migrations (OCPM) invoquent devant la justice une inégalité de traitement par rapport aux sans-papiers bénéficiant de Papyrus et obtiennent gain de cause !

L’UDC, seul parti à se préoccuper du sort des Genevois !

Une fois de plus l’UDC est le seul parti à se préoccuper du sort des habitants du canton. La gauche, secondée par la droite molle PLR-PDC, se moque bien de la situation économique des résidents, préférant fermer les yeux et subir la démesure d’une politique migratoire incontrôlée d’un Conseil d’Etat incapable de réagir et cela sous couvert de la Confédération. Les sans-papiers occupent nos emplois et nos logements au détriment de nos habitants ! Le taux de chômage stagne à 5,3% et nos enfants n’arrivent toujours pas à se loger dans le canton: cela doit cesser immédiatement !
(Communiqué de presse UDC-Genève du 15 février 2018)
Pour tous renseignements :
Stéphane Florey, député et chef de groupe, candidat au Conseil d’Etat
André Pfeffer, député, rapporteur de minorité

André Pfeffer

André Pfeffer


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire