20/05/2016

Vernissage de la nouvelle exposition du MEG: Le chamane et la pensée de la forêt

Un monde qui se meurt. Tel fut le constat de Claude Lévy-Strauss lorsqu’il rencontra en 1935 les Indiens Caduveo et Bororo, puis en 1938 les Nambikwara. Il les a tout de même immortalisés dans son classique Tristes Tropiques.

Saisir la pensée de la forêt


Pour les Indiens, note le dépliant de la nouvelle exposition du MEG, il n’y a d’opposition ou de séparation entre «nature» et «culture». Tous les êtres vivants et les esprits qui constituent la forêt partagent avec les humains le pouvoir de raisonner et celui d’interagir.




A voir aussi: Les couleurs d'Amazonie affichées au Quai Général-Guisan

Les couleurs d'Amazonie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire