01/04/2019

Nouveau fonds transfrontalier : des infrastructures en France pour toujours plus de frontaliers à Genève !

Le nombre de frontaliers actifs à Genève continue de progresser et les travailleurs indigènes de tirer la langue. C’est dans ce contexte qu’Antonio Hodgers annonce la création d’un « fonds de financement de transports transfrontaliers » alors que le canton verse déjà à la France une compensation financière relative aux frontaliers et que la population a refusé le financement de P+R en France. L’UDC s’opposera fermement à la constitution d’un tel fonds.

La vision est celle d’un Conseil d’Etat désireux de faciliter la venue de toujours plus de frontaliers à Genève en voulant réaliser en France voisine les infrastructures nécessaires à leur venue. La France dispose pourtant d’une confortable enveloppe versée par Genève, la compensation financière relative aux frontaliers (291 millions pour 2017) que la France doit affecter au financement d’infrastructures pour ses travailleurs frontaliers. A cela s’ajoute la manne fédérale des projets d’agglomération, qui comprennent aussi des projets transfrontaliers.

Pour l’UDC, rien ne justifie d’allouer des montants supplémentaires pour la réalisation d’infrastructures en France voisine. Aux heures de pointe, les infrastructures genevoises sont victimes d’une surcharge de capacité et l’augmentation attendue du nombre de déplacements requiert une hausse des investissements dans les infrastructures sur territoire genevois, plutôt que de financer des infrastructures à l’étranger.

Vouloir financer des infrastructures à l’étranger, c’est aussi méconnaître le refus populaire exprimé à la création de parkings relais (P+R) en France voisine financés par Genève. Enfin, la réalisation de nouveaux accès visant à faciliter l’arrivée sur le marché du travail genevois à de nouveaux travailleurs frontaliers s’avère incompatible avec le principe de la préférence indigène, alors que dans le canton de Genève une partie des plus de 100’000 frontaliers devrait être remplacée par des demandeurs d’emploi locaux et diminuer ainsi le nombre de personnes au chômage et à l’aide sociale.

(Communiqué de presse UDC Genève du 25 mars 2019)

Pour tous renseignements :

Stéphane Florey, député

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale

Pas de parkings pour frontaliers en France payés par les Genevois

Pas de parkings pour frontaliers en France voisine financés par Genève


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire