15/04/2019

Rétrospective de la session de printemps 2019: Union européenne et immigration; les sujets les plus importants

Milliard pour la cohésion: le Conseil national cède lui aussi au chantage de l'UE 

Au lieu de faire comprendre clairement à Bruxelles que la Suisse ne se soumet pas au diktat de l'accord-cadre institutionnel, tous les partis politiques représentés au Conseil national, à l'exception de l'UDC, ont accepté de verser 1,3 milliard de francs à l'UE. La demande de l'UDC de soumettre ce projet au référendum facultatif a été refusée. Le PLR, le PDC et le PS ont peur d'une votation populaire, car ils craignent à juste titre que les Suissesses et les Suisses ne refusent massivement ce cadeau fait à l'UE. Au moins ce versement a-t-il été lié à quelques conditions – certes minimales – proposées par l'UDC.

Le Conseil des Etats n'est pas prêt à rejeter l'accord-cadre institutionnel 

Le Conseil des Etats a rejeté la proposition du groupe UDC d'interdire au Conseil fédéral de signer l'accord-cadre institutionnel. Cela signifie que tous les partis politiques sauf l'UDC soutiennent en principe cet accord qui oblige la Suisse à reprendre automatiquement du droit UE et qui la soumet à la juridiction de la Cour de justice UE. L'UDC fera tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher l'entrée en vigueur de ce traité de soumission.

(Newsletter UDC N° 264 du 27 mars 2019, 1ère partie)

Le scepticisme est de mise

UE: le scepticisme est de mise


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire