03/06/2019

Tous les peuples ont le droit de disposer d'eux-mêmes

Le pacte international relatif aux droits civils et politiques conclu à New York le 16 décembre 1966 et entré en vigueur pour la Suisse le 18 septembre 1992 commence par rappeler ce principe élémentaire de toute défense des droits de l’homme. Aucun pays n’est ainsi obligé d’accepter des personnes se présentant à sa frontière avec la seule volonté de pénétrer le pays. La réalisation de ce principe en Suisse est d’autant plus importante qu'elle fait depuis longtemps l’objet d’une immigration massive. Elle est ainsi devenue un des pays comptant la plus forte proportion d'étrangers (plus de 25%) sur son territoire. A cela s’ajoute que depuis l’acceptation de la double nationalité dans les années 70 du siècle dernier, beaucoup de Suisses ne portent pas seulement leur pays dans leur cœur, mais donnent parfois ouvertement la préférence à leur pays d’origine (par exemple les footballeurs Xhaka et Shaqiri).

La Suisse, contrairement aux allégations de nos politiciens de gauche ou inspirés par une religiosité mal comprise, n’a aucune obligation d’accepter des étrangers par le seul fait qu’il sont moins bien dans leur état d’origine ou qu’ils aient fait un voyage au péril de leur vie. Tout au contraire, il est indispensable de dire clairement que la Suisse veut rester suisse et que ses habitants veulent continuer à disposer d’eux-mêmes. Les droits de l’homme protègent aussi les Suisses et il est grand temps de réclamer cette protection.

Le Cervin - symbole de la Suisse

Le Cervin - symbole de la Suisse


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire