16/03/2021

La stratégie des Démocrates consiste à profiter de la sénilité de Biden le plus longtemps possible

 

Joe Biden a été nommé candidat grâce à sa prétendue modération qui était susceptible de plaire à une majorité d’électeurs démocrates. La stratégie qui consistait à faire campagne de son sous-sol au Delaware, à cause de la pandémie, a servi à renforcer ses chances de victoire et les fraudes électorales dans certains États ont fait le reste. Même si les Démocrates sont parfaitement capables d’adopter une stratégie à long terme, ils n’avaient probablement pas prévu les avantages que leur procurerait le fait d’avoir un président souffrant de sénilité. Tant qu’il restera en fonction, les Américains ne sauront pas ce qui se passe vraiment à la Maison Blanche et les gauchistes auront les mains libres.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Drew Allen, paru sur le site de Townhall, le 15 mars.

****************

La déchéance mentale de Biden n’est pas un problème pour les Démocrates, elle fait partie de leur stratégie

Ce n’est pas un secret que Joe Biden n’est pas aux commandes de l’exécutif.

Ce n’est pas non plus une surprise. La seule différence observable entre Joe, espoir présidentiel de 2020, et Joe, président de 2021, est son changement d’adresse. Il est passé d’un sous-sol quelque part dans le Delaware à un sous-sol au 1600 Pennsylvania Avenue. En fait, aujourd’hui, la question anodine d’un journaliste minable sur le type de crème glacée que mange Joe serait reçue avec une ovation enthousiaste.

Ce qui est surprenant, cependant, c’est l’efficacité et l’avantage de sa non-présidence pour le Parti Démocrate. Son incapacité mentale n’a pas entravé le sinistre programme marxiste de la gauche visant à changer la république constitutionnelle des États-Unis en un État totalitaire, mais a contribué à le faciliter.

Tandis que l’incapacité mentale de Joe demeure pour les Démocrates et leurs propagandistes dans les médias la question majeure évidente dont ils évitent de discuter, refusant de se rendre à l’évidence, nous n’avons pas besoin d’eux pour confirmer ce que nous pouvons voir de nos propres yeux et entendre de nos propres oreilles.

Qu’il s’agisse de Joe admettant devant la caméra qu’il n’a aucune idée de ce qu’il signe lorsqu’il signe un décret; de Joe oubliant le nom du Secrétaire à la défense (NdT: qu’il vient de nommer à ce poste); de Joe ne donnant aucune conférence de presse – du jamais vu -, ou même de sa promesse non tenue de prononcer un discours devant une session conjointe du Congrès en février; tout cela prouve de manière évidente une chose : Joe Biden est inapte à la fonction qu’il occupe nominalement.

Mais tant que Joe restera le «président», même s’il est entendu que cela demeure un rôle purement figuratif, les Démocrates continueront de remporter un succès fou dans leurs efforts diaboliques et inconstitutionnels pour détruire l’Amérique.

Il y a une raison pour laquelle le déficient cognitif Biden a déjà montré qu’il est un marxiste radical bien plus efficace que Barack Obama : on n’attend rien de lui.

Barack Obama a également détenu une majorité démocrate au sein de la législature pendant ses deux premières années de mandat. Mais l’acuité mentale de Barack Obama était un handicap pour le programme impopulaire et radical de la gauche. Lorsque Barack Obama signait une flopée de décrets et défendait des lois douteuses et anticonstitutionnelles, on s’attendait toujours à ce qu’il rende des comptes au peuple américain. Il était radical, mais le peuple américain était au moins partiellement informé de ce qu’il faisait, car M. Obama devait expliquer et défendre son programme et répondre aux questions de la presse.

Même ceux d’entre nous qui sont les plus virulents et les plus critiques à l’égard du déclin mental évident de Joe doivent aussi admettre que la chose même qu’ils exigent – avoir un président – est impossible à obtenir avec M. Biden. Nous vivons un scénario de cauchemar. C’est comme si vous tentiez d’annuler un service d’abonnement ou de trouver des réponses à un problème technique et que vous étiez mis en attente, transféré sans cesse d’une personne inintelligible à une autre, sans jamais obtenir de réponse ou de solution.

En l’absence d’un président, nous apportons nos questions et nos préoccupations à Jen Psaki, qui aurait bien besoin d’utiliser l’excuse de la démence. Son problème, cependant, n’est pas le déclin mental, mais son incapacité à communiquer, un manque de préparation dû en partie à l’absence de patron dans le bureau ovale, et son intelligence limitée.

Comme le pire concierge d’hôtel ou le pire spécialiste en informatique, sa réponse à tout est « Je vous reviendrait là-dessus », ce qui signifie en fait : « Je n’ai aucune idée, je suis aussi peu qualifiée et inapte que mon patron, Joe Biden ».

C’est aussi une preuve accablante qu’il y a un vide à la Maison Blanche.

Résultat ? Le peuple américain et notre pays sont plongés dans l’obscurité. Nous n’avons pratiquement aucune idée de ce qui se passe. Bien que nous puissions spéculer sur qui dirige réellement le pays en coulisse – Barack Obama ? Susan Rice ? – nous n’avons pas accès à l’individu « responsable » de la démolition de notre économie, de notre sécurité et de notre liberté. En l’absence de réel leader, les États-Unis sont dirigés par un gouvernement fantôme. Nous ne pouvons même pas compter sur la possibilité, même limitée, de faire pression et de demander des comptes au chef titulaire de l’exécutif.

La nomination de Joe Biden comme candidat était due à l’attrait superficiel qu’il détenait sur les électeurs démocrates modérés et à la stratégie de sous-sol utilisée pour renforcer ses chances de victoire.

Même si je reconnais, à contrecœur, l’aptitude avérée des Démocrates à adopter une stratégie à long terme, je ne crois pas qu’ils aient réellement prévu de profiter des avantages, alors inconnus, que présenterait un président souffrant de troubles mentaux.

Nous ne pouvons pas à la fois admettre que Joe Biden est mentalement inapte à la présidence et espérer qu’il s’acquitte de ses fonctions.
C’est le dilemme étrange auquel nous sommes maintenant confrontés.
Tant qu’il restera en fonction, les Américains qui regardent religieusement CNN et sont abonnés à la propagande du Washington Post ne seront jamais exposés à quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à la réalité.

Tandis que Joe continue d’être caché de la vue du public et protégé par ses manipulateurs pour éviter d’être interrogé, et que Jen Psaki continue de mener à bien sa stratégie de revenir éventuellement sur les questions posées, ceux d’entre nous qui exigent des réponses et souhaitent vivre dans la réalité seront contraints de vivre dans cette zone crépusculaire, ce purgatoire.

Joe Biden fait partie de la stratégie du Parti Démocrate à ce stade, il n’est pas un obstacle ou une cause de frustration.

Comme le déclare le torchon connu sous le nom de Washington Post : « La démocratie meurt dans l’obscurité ».

Nous vivons dans l’obscurité. J’ai le regret de dire que nous serions mieux lotis avec Kamala Harris. Au moins, si elle était présidente, il n’y aurait aucune excuse pour conserver ce régime anti-américain et totalitaire. Mais si les Démocrates sont intelligents, ils maintiendront Joe en place aussi longtemps qu’ils le pourront.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire