05/03/2021

L’immigration (illégale) au cœur de la prochaine présidentielle française

 

L’immigration illégale, liée à l’insécurité, va très certainement être l’un des thèmes majeurs de la prochaine campagne des élections présidentielles.

Le président, Emmanuel Macron, ne vient-il pas de préciser que « dix millions d’Africains actuellement en France (pour une majorité des musulmans Algériens, Marocains et Tunisiens) permettaient à leurs familles de vivre en Afrique ». 

Analysons avec lucidité ces problèmes qui nous préoccupent et sont en grande partie liés : L’Afrique, le Maghreb (et en particulier l’Algérie) et l’immigration, passée, actuelle et future.

Rappelons tout d’abord quelques chiffres qui, hélas, nous procurent des frissons d’anxiété : en 1900, il y a à peine plus d’un siècle, l’Afrique ne comptabilisait que 100 millions d’habitants, alors que l’Europe en comptait 400 millions. Or, en 2050, l’Afrique aura près de 2 milliards d’habitants alors que l’Europe (hors migration) en aura toujours environ 400 millions. 

Dans l’état actuel de cette démographie incontrôlée l’invasion de l’Europe par l’Afrique est inévitable. 

Quelles sont les solutions qui pourraient permettre, non pas de l’éviter, mais, pour le moins, de la contrôler ? 

  • Investir et industrialiser le continent africain, dans l’objectif que les Africains restent chez eux (comme cela a été le cas par exemple au cours des 132 années de la colonisation de l’Algérie) ce n’est pas, ce n’est plus possible, même avec la meilleure volonté, avant plus d’un siècle au moins et, pour parvenir à ce résultat improbable, un impératif : le contrôle et la réduction de la démographie de cet immense continent. 

La Chine doit servir d’exemple : si la démographie n’avait pas été contrôlée et réduite durant les décennies Mao, et par la suite (Un enfant mâle par famille) ce pays dépasserait largement les deux milliards d’habitants aujourd’hui, au lieu de 1 milliard 400 millions. 

Cette politique dictatoriale a permis son développement jusqu’à la faire devenir la plus grande puissance de notre planète.

Il s’agit-là de la seule solution envisageable en ce qui concerne l’Afrique. 

Si un pays peut servir d’exemple c’est l’Algérie : lors de la conquête sa population autochtone était inférieure à 2 millions de musulmans. 

Lors du recensement général de 1931, donc un siècle plus tard, l’Algérie comptabilisait 5.071.680 musulmans, 102.013 juifs et 805.140 européens, soit un total de 5.978.833 habitants environ. 

Avant l’indépendance, en 1962, on estimait sa population à environ 1.200.000 européens et juifs et 10 millions de musulmans et ce pays vivait comme un grand nombre de pays européens, et quelquefois bien mieux, car son PIB était supérieur à celui de la Corée du Sud par exemple. (Actuellement le PIB de la Corée du Sud est de 1674 milliards et celui de l’Algérie de 169 milliards) 

L’immigration était parfaitement contrôlée et seule la main-d’œuvre nécessaire à la bonne marche (et surtout aux salaires inférieurs des patrons métropolitains) était autorisée.

Soixante années plus tard la population musulmane a quadruplé (environ 45 millions) et le pays est au bord de la faillite. Les Algériens n’ont comme seule solution que l’immigration vers la France et l’Espagne, soit illégalement, soit sous le couvert d’études et de regroupement familial (En ce qui concerne les étudiants, une fois leur diplôme en poche, ils ne retournent pas dans leur pays, qui ne leur offre aucun débouché). 

Ce même graphique s’applique au Maroc : 6.555.420 en 1931 = 36 millions en 2020. Et à la Tunisie : 2.159.151 en 1931 et 12 millions en 2020. 

Et surtout que l’on ne se leurre pas : ni l’Afrique, dans son immense ensemble, ni l’Algérie, dans sa particularité, ne bénéficient d’une aide constructive, venue de Chine par exemple. La France les a colonisés en les construisant, la Chine les exploitent sans les colonisés. L’Algérie s’en est déjà rendue compte quant à l’Afrique elle ne tardera pas à ouvrir également les yeux. 

C’est avant tout et uniquement dans l’intérêt futur de ce vaste continent africain qu’il lui sera indispensable, pour ne pas dire inévitable, qu’il parvienne à contrôler impérativement sa démographie galopante. 

C’est également, pourquoi le nier, notre intérêt ! 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire