10/02/2016

Conseil municipal: mon intervention du 9 février 2016

La motion R-171 A est partie du constat que les Conseillères municipales subissaient de nombreuses invectives de la part de certains Conseillers municipaux. Elles étaient souvent interrompues et ne pouvaient ainsi pas librement exposer leurs pensées.

La position de la Commission des arts et de la culture



En commission, cette approche a été critiquée, car les injures touchaient aussi bien les élues femmes que les élus hommes. Les exemples mentionnés en commission ont cependant convaincu l’Union démocratique du centre que les femmes sont plus exposées à ce genre de remarques; jugez plutôt: une conseillère municipale a été sommée de rendre son passeport par un élu du Mouvement citoyens genevois. Une autre a subi l'invective: «Retourne en Algérie!», de la part d’un autre élu MCG. Une troisième finalement a été prise à partie pour ses origines, toujours par un élu du MCG. Bien entendu, ce parti n’est pas seul en cause, contrairement à ce que pourraient laisser penser ces exemples.


Ce manque du respect élémentaire est regrettable. Il est vrai que de tels comportements pourraient être sanctionnés par la présidence, car l’art. 40 de notre règlement prévoit que le président puisse rappeler à l’ordre le membre du Conseil municipal ou du Conseil administratif qui commet une violation d’ordre ou trouble la délibération. En le faisant, il a cependant une certaine marge de manoeuvre. L’accumulation de propos parfois indigestes depuis quelques années a rendu de plus en  plus illusoire ce pouvoir de sanction du président. Malgré notre aversion de régler toujours plus, l’Union démocratique du centre aurait donc pu voter cette résolution.


Or, quelques commissaires souhaitaient qu’une façon non-sexiste puisse être trouvée, raison pour laquelle une version amendée a finalement été acceptée. Entre-temps, le Conseil municipal a accepté la proposition de l’Union démocratique du centre pour une exhortation avant chaque séance plénière du Conseil municipal. Elle a déjà déployé ses effets bienfaisants depuis la séance du 19 janvier 2016.

L’UDC votera ainsi la résolution amendée ce soir et vous recommande de faire de même.


Trois roses rouges

Trois roses rouges


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire